J'avais besoin d'une mère. A la place, j'en suis devenue une


Il y a 3 ans, j'apprenais que j'allais devenir maman.
Mon enfant ne pourra pas combler le vide qu'il y a en moi. D'ailleurs il n'est pas né pour ça.
Mais il a fait, malgré lui, bien plus que je n'aurai pu imaginer.

--

Je n'ai eu ni mamie, ni grand-mère, ni mémé. Je n'ai jamais connu les poulets du dimanche, les confidences à l'adolescence, quand personne au monde ne comprend rien sauf elle alors on lui dit tout. Je n'ai pas connu mais ça ne m'a jamais manqué, c'est la vie, sans regret. 
Aaron n'a qu'une grand mère. Il n'y a pas de tombe à fleurir, non, rien de morbide, il y a juste un cœur à guérir, depuis trop longtemps, d'ailleurs c'est bien possible qu'il soit incurable, celui-là. 
Son planning ne convenait pas pour la date de ma babyshower, alors elles ont proposé une autre date, mes petites fées, mais vous savez quoi les autres dates n'allaient pas non plus, aucune date n'allait, alors les petites fées ont dû obéir à cet ultime ordre, faire sans elle, oh les plannings ne peuvent pas toujours s'accorder vous savez. 

Il y aurait pu avoir les après-midi au spa, les appels quand rien ne va, un réveil complice le jour de la robe blanche et l'émotion dans ses yeux devant un café grand-mère ou une barre Granny.
La veille de mon mariage, j'ai dormi chez ma meilleure amie. On a mangé des sushis et bu du vin. Je me suis mariée le jour de la fête des mères, ça aurait pu être un cadeau, rires dans l'assemblée, c'était un putain de fardeau pour elle, ouais. Elle m'a vue en mariée en même temps que la centaine d'autres personnes invitées ce 26 mai, parce que ça la soûlait que le photographe viennent chez elle tôt le matin alors qu'elle ne serait pas prête, et puis, y avait pas assez de place, et puis le cameraman, ah nan c'est vraiment compliqué, ça l'arrange pas tout ça. J'ai atterri avec ma robe et mon voile chez ma meilleure amie et en même temps j'ai dit adieu aux préparations qu'on voit dans les films et 4 mariages pour une lune de miel, vous savez, quand elles ont une maman pour leur dire comme elles sont belles avec leurs immondes mitaines en dentelle.
Tout ça n'existera pas, la coiffure réajustée au dernier moment, l’œil pétillant, la fierté d'une maman.
Pas plus qu'une mère qui saute de joie en apprenant qu'elle va avoir un petit fils. Ah bon, un garçon, oh la la c'est vachement turbulent les garçons, moi je les vois rien qu'à la sortie de l'école ça n'a rien à voir, c'est dommage, bon, ben la prochaine sera une fille c'est sûr, parce qu'ils me l'avait dit mes voyants, les cartes l'avaient dit, que des filles. 

Parce que les cartes l'avaient tellement dit, parfois je me suis demandée si j'allais pas le perdre, mon petit garçon et ce serait pour ça que personne ne l'avait vu dans les boules de cristal. J'inspirais un grand coup et je caressais mon ventre, pitié, non, je ne veux pas le perdre, je le veux tellement ce petit garçon, ma surprise, mon poupon à la chambre bleue. Non, tu sais quoi c'est pas vrai, parce que même si je le perds, ce sera à tout jamais mon fils, il sera inscrit dans mon ADN. Mon premier bébé. C'est des conneries. J'avais pensé que j'aurais une fille, mais je le voulais ce fils, je l'imaginais. Bouclé avec la bouche en coeur de son papa. Oui, je sais que c'est nul d'imaginer, qu'il ne faut pas trop se faire d'idées, mais j'en avais besoin, je voulais me projeter, je voulais qu'il sache que même si je croyais attendre une fille, à l'instant où il s'est accroché au fin fond de mon ventre, je l'ai aimé, peu importe qui il serait. Je suis restée prostrée de longues minutes devant le test, avec du noir partout sur les joues, et j'étais la plus heureuse du monde déjà grâce à lui. Je ne sais pas si c'est de l'instinct ou la vie, mais il est né, bouclé avec la bouche en cœur. Comme dans mes rêves. 
Mon rêve. Mon garçon, mon tout petit garçon immense de 4,1 kg. Mon nouveau monde. Aaron.
Tu es né, les cartes ne l'avaient pas dit.  Ça tombe bien, on les emmerde les cartes.

La vie ne me donnera jamais celle que je n'ai pas eue, celle que j'aurais voulue, celle qui m'aurait aimée, même en ado avec de l'acné, en mariée, à la maternité. 
Je ne l'ai pas eue et peut-être bien que je ne m'en remettrai jamais tout à fait.
J'ai versé 1000 larmes, j'en ai voulu à la terre entière, j'ai fermé mon coeur à double tour quand j'ai compris que ça n'existerait pas, pas pour moi. Et puis l'eau a coulé. 

Oh mon Aaron. 
Toi, s'il te plaît, n'oublie jamais que pour moi, tu es assez.
Tu es bien plus, qu'assez. 
Qui que tu sois.
Garçon, cheveux bouclés et bouche en cœur ou non, gentil, colérique, drôle, calme, impatient. 
Qui que tu deviennes, quand tu seras grand.
Sache que tu es mon fils, mon premier bébé, celui qui a fait de moi une maman le 29 mars 2014 rien qu'en t'accrochant.
Tu es le soleil, les étoiles et la lune réunis. 
Il y a trois ans exactement, j'ai compris.

Je ne veux jamais que tu te sentes abandonné. Je veux que tu saches à quel point on t'aime et on est fiers de toi. On l'est maintenant, et je sais que dans 20 ans aussi on le sera.  
Que rien que ne pourra jamais m'écarter de ta vie, parce qu'elle est cousue à la mienne depuis que j'ai lu sur le bâtonnet "enceinte, 2-3 semaines". 

Je suis une mauvaise maman parfois. Je m'énerve, je donne des fraises tagada après le repas et du Kinder Bueno en sortant de la crèche parce qu'il en réclame tous les soirs depuis que je lui en ai apporté un, juste une fois. La nuit quand il se réveille en pleurant on l'amène dans notre lit rien que pour sentir son odeur bien à lui. On le cale entre nous deux, on le regarde et on répète bêtement à quel point on le trouve craquant, tout endormi paisiblement. On est tous les trois dans cette chambre bleutée par l'aurore, le silence règne, je n'entends plus que leur respiration et ne sens plus que le coup de pied de ma fille tout juste réveillée dans mon ventre. Mon dos craque douloureusement, j'ai déjà du mal à me retourner, mais au fond, je me sens bien. Ils sont tout ce dont j'ai besoin. 

Je dis souvent dans mes textes que je suis cabossée. 
Pourtant, leur amour est en train de tout lisser. 
Il y a trois ans j'apprenais que j'allais devenir maman. Aujourd'hui, je comprends. 
J'avais besoin d'une mère. A la place, j'en suis devenue une. 
Quant à eux... Ils ne pouvaient pas changer mon passé, alors ils m'ont donné un avenir. 

--

Parce que cette date est vraiment spéciale dans ma vie, c'est aussi celle que j'ai choisi sans m'en rendre compte à l'époque, pour écrire mon tout premier billet ici, il y a 2 ans aujourd'hui. 
J'ai créé Ourson Chéri ce jour-là par envie de renouer avec ma passion de l'écriture, 4 mois après la naissance de mon fils et 1 an exactement après avoir commencé la grande aventure de la maternité via ce fameux test de grossesse, celui qui a tout changé. 
Je profite de ce post anniversaire si symbolique pour remercier toutes les personnes qui prennent le temps de venir me lire, celles qui le font dans le silence et l'anonymat, celles qui ont toujours un commentaire agréable (si vous saviez comme cela me touche, à chaque fois), celles qui viennent me parler par mail sûrement par pudeur ou timidité, toutes ces personnes, hommes, femmes, parents ou non, qui font vivre mon "Ourson Chéri" depuis maintenant deux ans et m'aident à réaliser mes rêves d'écriture, ceux que j'avais enfouis, loin, si loin, avec cette plume que je croyais avoir perdue à tout jamais et que mon fils m'a rendue juste en respirant. Merci à vous.




© Ourson Chéri



Commentaires

Marie a dit…
Magnifique et très émouvant... bravo
Drine_q a dit…
Magnifique comme toujours 😘
Priscilla a dit…
Tu nous écris avec ton coeur Comme si tu nous parlais . Nous sommes de parfaites inconnues et pourtant pour ma part j'attends tes articles Car souvent je m'y retrouve... Toi , cette maman Pas parfaite Mais touchante aimant.... très belle Et surtout sincère. Qui a des blessures bien trop profondes pour être pansées mais Qui continue quand même ✌🏻 On a pas besoin d'avoir une mère parfaite pour l'être.
Je te souhaite un joyeux anniversaire en tant que maman blogeuse !
priscilla (ohmama_mylann)
Delphine a dit…
Coucou Delphine,

Merci pour tous ces jolis articles, j'ai découvert ton blog par hasard (merci les partages Facebook!) et depuis je ne l'ai pas quitté! Parfois je me retrouve, parfois je lis simplement ton histoire joliment écrite.
Je ne me lasse pas, et attends toujours avec impatience le prochain.

A tres vite sous un prochain article.

Bises

Delphine
Justinehdmn a dit…
Tellement sublime, tellement jolie! Un texte remplie de sensibilité. Je te lis en silence, sans un seul commentaire mais on est là et on te lis à chaque fois! Bonne soirée :)
Jennifer a dit…
Bjr Delphine, je suis l'une de celles qui te lisent dans le silence et l'anonymat... Bravo à toi et continue de nous faire voyager à travers ton histoire, ta vie, tes expériences, tes émotions ... Qui ressemblent tant aux nôtres. Merci
Puaud Justine a dit…
Magnifique et bouleversant !
Je ne mets jamais de commentaire mais celui ci ...
tellement parlant ... merci !
La_parisienne_et_raoul a dit…
J ai encore les poils au garde à vous. Le frisson. L émotion. Merci pour ce laissé allé que tu nous offre. Je me reconnaît toujours un peu. Dans une histoire, un détail ou une émotion. La plume que tu emplois est d une justesse et d une finesse à me couper le souffle à chaque fois. Merci d être toi, merci d être vraie. Lorsque je t ai vu à ton insta direct tu étais encore plus douce que je ne l avait imaginé. Le diamant brut poli par tes deux amours. Bientôt trois. Merci car à chaque fois c est un nouvel émoi, une nouvelle façon de comprendre les choses. De voir la vie. Avec ce qu elle nous a apporté, de bon ou de mauvais, te lire me donne foi en l avenir et encore une fois, merci petite pierre précieuse , qui double de carat à chaque fois <3
Sarah D a dit…
Parce que ce texte est tt simplement magnifique... parce que j adore vs lire, parce que vs avez le plus beau des petits garçons... parce que vs êtres tt simplement j apprécie nos écrits. Vous êtes une maman en OR...
Anonyme a dit…
Magnifique comme toujours , ta mère me fait tellement' penser à la mienne je comprend tellement. Mais ai moin tu as ton Mari pour t'épauler c'est une chance de connaître un si grand amour bonne soirée bisous 😘
Anonyme a dit…
Magnifique post, comme d'habitude ❤
marie_emma_57 a dit…
L'un de tes plus beaux articles, tu as réussi à me faire verser une larme ..
En tout cas sache que tu es une magnifique personne et que tu peux être très très fière de toi.
Je ne commente que rarement mais merci de partager toutes ces choses avec nous. Je t'embrasse
Anonyme a dit…
Si beau texte...
Cécilia a dit…
Merci à toi pour ce joli texte.
Maman BCBG a dit…
Quel texte magnifique. On sent que tu aimes ton petit garçon de toutes tes forces, viscéralement même.
On ne peut pas changer le passé, on a juste le futur pour atténuer nos peines. Je vous souhaite un bel avenir à tous les 4 !!!
Anonyme a dit…
Merci à toi d'écrire régulièrement. Je découvre chaque nouvel article avec beaucoup de plaisir. Maman d'une petite fille de 8 mois et déjà impatiente d'avoir le 2ème, j'ai hâte de découvrir ton ressenti de la vie à 4. Bien à toi, A.
Anonyme a dit…
Tellement magnifique ton texte qu'il m'as donné les larmes aux yeux! Je te souhaite tellement de bonheur avec aaron et ta nanouchka!
Chutmamanlit a dit…
Je ne sais plus quand j'ai découvert ton blog, un peu par hasard au gré de mes navigations, mais merci pour tes beaux textes.

Souvent, mettre les mots sur les émotions aident à panser les blessures. Et en plus, tu distilles un peu de bonheur pour les gens qui te lisent :)
... a dit…
Magnifique de justesse. Tu as un don certain pour l'écriture (et pour être maman j'en suis sûre!). Marine Du Québec :-)
d'une justesse, des émotions palpables...
Un plaisir de te lire, un plaisir de replonger dans les émotions de devenir maman, de ce chamboulement si profond mais avec serenité..
Lili-soleil a dit…
Texte sublime comme toujours. Continue tu as un réel talent.
Doudoune34 a dit…
C'est les larmes aux yeux que je te laisse un commentaire car ton histoire est pour moi bouleversante car ton histoire est également la mienne et tu mets des mots sur mes maux,et tu dis tout haut ce que je pense tout bas...comme tu le dis si bien j'avais besoin d'une mère et j'en suis devenu une moi aussi...alors merci pour ses mots et courage pour la suite car les désillusions et les peines seront encore là dans le futur mais tu as bientôt 3paires d'épaules pour te reposer un peu et recharger ton coeur de douceur....
Le Nezet charlaine a dit…
Je me reconnais tellement ! J'avais besoin de poser des mots sur ces maux que je traîne depuis bien longtemps et sui me ronge parfois.. Merci ! 💘
Estelle a dit…
Ce texte m'a fait pleurer ... je fais aussi partie de celles qui passent et lisent anonymement en général.... je t'ai découverte sur BBC, j'étais aussi une décembrette 2014... J'adore la manière dont tu écris, merci de partager tout ceci.
Anonyme a dit…
Beau texte, j'ai mal pour toi. Je suis enceinte de mon deuxième alors que je viens de perdre ma petite maman, et malgré ça je me sens plus chançeuse, ça doit être si douloureux de ne pas avoir ni avoir eu de maman...j'espère que l'amour de ta famille t'apportera la résilience.

Articles les plus consultés