Quand je serais maman...

... Je ne serai pas comme toutes les autres.
Oui quand on n'est pas encore maman, on a parfois cette espèce de petit mépris à l'égard des mères débordées et négligées, on se moque de leurs cernes, on ne comprend pas pourquoi elles ont coupé leurs cheveux aux carré "pour être tranquille", on juge leur organisation, bref on est pleines de dédain, parce que c'est pas si compliqué quand même de continuer à se maquiller bordel. Il faut rester une femme avant tout, sinon t'as pas fini, et puis ton mec ira voir ailleurs, et puis il faut continuer de s'habiller, y a pas de raison. Comment bien s'habiller, quand on a toujours un petit bidon de 4 mois et les cuisses flasques ? Ben en faisant un régime pardi, tu crois quand même pas que tu vas garder cette silhouette. Faut récupérer ta ligne, et fissa.

Tout ça, c'est un bon mélange de culpabilité renvoyée par la voisine canon, les stars, les putains de magazines féminins qui semblent écrits pour les hommes. Quand on reçoit en pleine gueule le message de Kate-duchesse-de-Cambridge "J'accouche à 8h00 du mat et je sors de la mater toute pimpante l'après-midi même", y a sacrément de quoi paniquer. La meuf n'a clairement pas eu d'épisio ou alors même sur ce point elle nous nargue.

Oui, on va toutes se rassurer en se disant qu'elles ont du temps, de l'argent, une armée de coiffeurs et maquilleurs, des stylistes, une salle de sport à domicile... N'empêche. Toutes ces raisons ne nous font pas moins culpabiliser. On y pense et puis y a quand même cette petite voix dans ta tête qui te dit que toi t'en es loin et qu'il faudrait que tu te bouges les fesses pour être pareil. Sans compter les bonnes natures, sans coiffeurs ni coach perso, qui perdent tout d'un claquement de baguette magique, parce qu'elles sont faites comme ça. Que c'est injuste mais que la nature est ainsi faite.
On continue toutes de "faire attention". On calcule les kilos qu'il nous reste à perdre pour retrouver sa ligne d'avant grossesse, alors que la grossesse est derrière nous. En gros, on veut effacer les traces de ces 9 mois.  CTLR+Z.  Reset.
"Remettez-moi comme avant, mais avec le bébé en plus".






En essayant de rester la femme glamour d'avant, n'y a-t-il pas une partie de nous qui veut renier la mère de maintenant ?

Peut être bien qu'on a skippé un petit détail dans le process. Peut être qu'on a pas compris qu'il fallait nous confronter à cette transition, un truc moyennement agréable, l'acceptation. Accepter de ne plus jamais être exactement pareil qu'avant, c'est accepter que mon ventre ne soit peut être jamais aussi plat, que mes cuisses ne soient plus aussi lisses, que mes seins ne soient plus aussi fermes. Se foutre à poil devant un miroir et faire avec. Une bonne claque et un long chemin.
Oui, éviter le cheeseburger et manger plus de légumes (d'ailleurs, ça vaut pour les cuisses comme pour le cholestérol sur ce coup là). Oui, essayer d'être au top.
Mais pas le top selon la voisine, pas le top selon Kate. Le top comme notre nature nous le permets.
Il ne sera plus question de vouloir être comme avant, parce que ça n'existe pas.
Il y a un petit garçon qui me regarde avec des yeux plein d'amour tous les jours, et que ce soit bien clair, je n'ai absolument rien à effacer de lui.








Commentaires

Articles les plus consultés