On / Off

C'est l'un de mes hashtags préférés sur mon compte instagram, juste après #momlife, qui convient à peu près à TOUTES mes publications, il y a le #workingmom. Ce hashtag, c'est un peu la parade fière, prétentieuse, de la maman qui assure, sur tout et tout le temps. En réalité, c'est surtout pour se rassurer et glamouriser sa vie quand on se lève à 6h00 en ayant qu'une seule envie, balancer son réveil contre un mur, devoir se laver les cheveux une fois sur deux parce qu'on a le combo magique racines grasses-pointes sèches, et donc prévoir 20 minutes de plus dans la préparation (faut penser à démêler, vouloir les cheveux de Raiponce c'est une chose les entretenir en est une autre), allez on zappe le masque, pas le temps, allez on zappe le séchage, ça va réveiller le ptit, ah il fait 12°C ce matin, brrrr les cheveux mouillés qui gouttent sur les bras, bonheur. Une fois la préparation terminée, courir jusqu'à la gare, et quand on badge son pass navigo, savoir qu'on en a pour une heure de RER-METRO avec le changement de la mort, celui que tous les franciliens redoutent, celui de CHATELET LES HALLES, puis foncer au boulot, être productif et efficace pendant 8 heures d'affilée, à 17h00 tapantes, partir comme une voleuse, car j'ai un train à 17h42 et un bus à 18h12 et que ce programme millimétré permet d'arriver devant le domicile de l'assistante maternelle à 18h22, récupérer mon nounours (boudeur ou pas), débriefer la journée, ah bon il a chopé un rhume, lui qui n'a été malade qu'une fois depuis sa naissance, ah d'accord c'est pas le petit copain qui lui a refilé? il était malade, non? bon, bon, non c'était comme ça pour savoir, c'est pas grave, il en aura d'autres des rhumes, allez bonsoir à demain... Reprendre un bus ou marcher, suivant sa forme, rentrer chez soi, il est presque 19h00 c'est l'heure du bain, réchauffer sa purée, ou la décongeler, ou la préparer, ça dépendra de mon organisation de la veille, les mauvais jours comme mercredi, constater qu'une minute c'était trop au micro ondes. Que la betterave à explosé dans tout le four. Dans la grille. Partout. Et que le four combiné micro-ondes est foutu. C'est con, tout ça à cause d'une purée de betterave. Bon ben, on va en décongeler une autre, la priorité c'est ca, et puis pour le four, on verra demain, ça se nettoie peut être non? chépa.
Purée, biberons, gros câlins, un peu du Roi Lion, lire une histoire dont il se fout, et il est déjà 20h00, embrasser ses cheveux, prendre une grande inspiration pour sentir son odeur une bonne fois avant qu'il se couche, blabla de 5 minutes pour lui raconter sa vie et sa journée du lendemain, caresser son visage, regarder ses grands yeux innocents tous pleins d'amour qui ont toujours l'air plus intense quand il a sa tétine dans la bouche, lui envoyer un bisou volant, et filer, sur la pointe des pieds.

Et puis, là, se dire qu'il faut qu'on dine nous aussi, que j'ai des abdos à faire, ma tenue de demain à préparer, une série à regarder, mon mari avec qui partager ma soirée, et pourtant, là, tout de suite, je crois que je pourrais dormir sur place.

Aujourd'hui je suis off. J'ai longuement hésité à garder mon nounours avec moi. Finalement je l'ai laissé chez sa nounou. Je me suis levée à 6h45, j'ai savouré quand il est chaud comme un pain au chocolat sorti du four le matin dans sa gigoteuse et son pyjama, la tête enfarinée, les cheveux frisés en batailles. Je l'ai habillé, couvert de bisous, donné son biberon et j'ai laissé le mari l'emmener chez la nounou. Me revoici seule à la maison, un jour de semaine, comme quand j'étais en congé maternité, avec l'impression d'être une clandestine, une lycéenne en train de sécher. Je traine en tee-shirt au fond de mon lit, avec mon café, mon ordi, une cigarette peut être, l'horreur, le blasphème, on a jamais fumé dans notre chambre et moi j'enfreins les règles, je me grille une cigarette et j'ouvre tout juste après, comme si je regrettais d'avoir fait une grosse bêtise, j'ai fumé une clope et maintenant il fait 12°C dans ma chambre.
Dans quelques heures, toute ma joyeuse routine reprendra, alors pour l'instant, je saisis le moment, je traine en tee-shirt au fond de mon lit, avec mon café, mon ordi, et une cigarette.






Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre à la future maman que j'étais il y a deux ans

Lourd comme une plume

Au pays des rêves