Le plus beau rôle de ma vie



Les semaines passent, ne se ressemblent pas, à part pour le boulot quand on travaille dans un bureau, mais un soir on va au resto, après au ciné, après chez des potes, après on passe la nuit devant des séries dont on ne peut plus raccrocher, et c'est le week end, toujours un anniversaire, une crémaillère, une soirée, un verre entre amis, la liberté, les douches qui durent 30 minutes, les ongles vernis, des soirées romantiques, des dîners improvisés, des cigarettes fumées dans la chambre, quand on avait le droit, des commandes de fringues, un placard qui déborde, toujours plus de chaussures, toujours à découvert, on ne vit qu'une fois, je les ai achetées, la vie est belle.

Un test de grossesse. 9 mois plus tard. 1 être humain de plus sur les 7 milliards. Et cet être-là qui change tout.

Les semaines passent et se ressemblent, sauf lui, lui il change chaque jour et ça passe trop vite du coup.  Si on va au resto, c'est avec une gigoteuse, un biberon préparé, un doudou, des jouets, on rentre en vitesse dès que l'addition est payée. On se sent tellement cool d'aller au resto avec notre bébé, comme des gens, et pas comme des parents.
Un verre entre amis à la maison, dans le salon mais pas trop fort, sinon dans la cuisine, debout, on est bien dans la cuisine debout à fumer à la fenêtre, non ?
Des soirées romantiques en pyjama, plateau tv à l'ombre du babyphone qui clignote.
Toujours à découvert, après avoir payé la crèche et la commande Zara Baby, ses placards débordent, les miens font du recyclage, on verra bien, le mois prochain. Pour le vernis on remet un coup sur les bords écaillés, ça passe. Quelques jours de gagnés.
Une vie à cent à l'heure. Pas le temps, en retard, toujours en retard. Les gens qui se plaignent de leur fatigue quand on s'est réveillé 10 fois pour la tétine la nuit dernière. Ne rien pouvoir dire car on l'a voulu, notre enfant. C'est de notre faute.  Plein de choses qu'on ne fait plus, un peu d'amertume parfois. Rien de grave.

Un être sur 7 milliard qui a tout changé. Qui a fait appartenir au passé les mercredi soir au cinéma, la vie à deux égoïste, et la flemme. Qui a changé mon univers, changé ma vie entière.

Vu d'ici, je ne fais peut être pas rêver. La pauvre, avec son gamin, elle sort plus, elle dort pas, elle court partout, elle a le temps de rien. Même pas 30 ans, et déjà une vie de vieux, samedi soir devant la télé, non, c'est l'enfer, franchement.
 
Non. Ok je vais aux toilettes la porte ouverte. Mais de toute façon pour lui, je me lèverai la nuit pour la tétine, je courrai dans les transports, je ferai les purées entre le bain et l'histoire du soir. Je suis crevée oui, crevée mais heureuse.
Pour ce petit être humain tout neuf, au cœur si pur qu'il donne des sourires aux inconnus.
Je veux voir tous les matins sa tête enfarinée déjà souriante.
Je veux avoir tous les soirs sa petite main qui me retient quand je lui dit bonne nuit.
Surtout je veux qu'il rie au moins une fois par jour. Aux éclats. J'y tiens, je lui ferais coucou-caché 10 fois s'il le faut, mais je veux qu'il rie une fois par jour.

Ce petit être nous apprend et nous apporte tellement plus que les cinémas du mercredi et les cigarettes dans le lit. Il nous rappelle ce qui est vraiment beau dans la vie.
Et il a raison, c'est depuis qu'il est là que j'ai compris.
La vie est vraiment belle.



© Ourson Chéri 






Commentaires

Unknown a dit…
La vie la vraie,celle d'une maman,la tienne,la mienne,la votre...tellement bien décrite encore une fois,je suis fan décidément!!

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre à la future maman que j'étais il y a deux ans

Lourd comme une plume

Au pays des rêves