Mood #3

Le bureau des plaintes, c'est par là ?
Ah, parfait.
Bonjour.
Ces temps-ci je suis fatiguée.
J'avais 2h30 de transports chaque jour.  Depuis ces foutus attentats, c'est passé à minimum 3 heures. Comme s'ils n'avaient pas déjà fait assez de mal. Qui ? Les terroristes. Suivez un peu. C'est l'enfer. Y a des colis suspects partout, même un emballage de chewing-gum est devenu suspect.
Voilà, 3 heures. 1 heure le matin, 2 heures le soir.
Environ 5 heures de sommeil par nuit. D'affilée, si le poussin le veut bien.
Du travail pendant 8 heures, du sport pendant 1 heure à midi, sinon mes cuisses ressemblent à du flan. Du ménage, un bordel sans nom dans mon sac qui fait une collection de tickets de caisse et mon dressing, qui est devenu une sorte de friperie ou dépotoir, question de point de vue. La flemme de faire à manger le soir quand Aaron est couché, il est 20h, je suis levée depuis 5h30, je viens seulement de me poser, tu sais quoi, on mange pas, on mange les bonbons de son anniversaire, c'est bien des bonbons, non ? J'ai juste envie de rester affalée dans le canapé et qu'une baguette magique m'apporte un plateau-tv tout fait. Quoi ? Japonais ou pizza ? Comme tu veux, je sais pas.
Non, c'est pas grave. C'est la vie qui est comme ça. Non, je pleure pas, je suis fatiguée, c'est tout. Et puis si j'ai envie de pleurer parce que j'ai attendu 40 minutes un RER et qu'un connard m'a insultée dans le wagon, c'est mon choix. C'est ridicule, oui. Je suis fatiguée. Spring roll saumon et menu 1, sans la salade de choux, demande une deuxième soupe miso à la place. Merci.
Ça va passer. Je crois.

--

Depuis qu'il a eu de la fièvre, il me fait des câlins tout le temps. Il ne m'a jamais autant montré qu'aujourd'hui qu'il m'aimait. Au réveil, avant de dormir, devant la télé, quand je l'emmène à son bain. Je m'arrête, parfois, avant mon but, juste pour savourer un peu plus longtemps. Il ne marche pas à 4 pattes, il court à 4 pattes. Il dévale, détale, rapide comme l'éclair, avec ses jeans éclaircis aux genoux. Il rigole, s'amuse avec ses nouveaux jouets, tout heureux.
Le week-end, je donnerai tout pour une grasse mat'. Et puis j'ouvre les yeux, je l'entend chantonner dans son lit, et j'ai une envie, le voir. Il me sourit, à moi, la folle qui pleure après une galère de RER. Il ne me juge pas, et parfois j'ai même l'impression que c'est comme s'il avait compris comment j'allais, et qu'il voulait m'aider. Comment est-ce qu'il fait ? Il le sait que son rire, c'est mon soleil ? Un trésor, un soulagement, un baume pour le coeur. C'est la boulangerie ouverte en sortant de boîte, c'est le bruit des glaçons l'été, le dernier kinder bueno dans le placard, la place assise en heure de pointe.

Il appuie sur pause. Il attrape le temps avec ses p'tits doigts dodus et joue avec comme une marionnette. Jusqu'à ce qu'il s'endorme. Il me manque, déjà. Je vais essayer de ne plus craquer, pour lui. Parce qu'il guérit tout. Il me rappelle ce qui est important dans la vie. Il met des miettes partout dans sa chaise en mangeant un gâteau. Dans son bain, il inonde la pièce et m'asperge tellement que mes fringues sont trempées, j'ai plus qu'à tout changer. Je résiste à la tentation de le gronder. Parce que c'est lui qui a raison. Rien n'est grave.
Oublié le connard du métro, oubliée ma courte nuit, oubliée ma journée de travail.
Le nounours, le mari, moi. Même si c'est juste deux heures le soir et 24 heures le week end, c'est déjà ça.
Notre parfaite vie à trois.


Insta © ShailiAaron / Ourson Chéri




Commentaires

Louise a dit…
Merci pour ce blog je suis jeune maman et ça me fait du bien de lire tes mots j'ai épluchée toute tes articles avec plaisir , tu es une maman formidable vraiment et merci de partager ces moments qui font du bien au moral et qui sont remplis d'amour et de joie et surtout de vie.
Je suis très touchée par cet article Delphine et un peu concernée aussi... Les photos du bain sont toujours top et pleine de vie bisous
Merci beaucoup Louise. A bientot sur le blog alors gros Bisous !
:) merci... Gros bisous et bon courage à toi aussi !!!

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre à la future maman que j'étais il y a deux ans

Lourd comme une plume

Au pays des rêves