Lettre à la future maman que j'étais il y a deux ans

J'aurais voulu avoir tort. 
Mais oui, tu auras raison. Ce sera une galère pour le faire garder, même en ayant obtenu l'impossible et rarissime place en crèche. On mettra des heures à organiser nos plannings, on devra adapter notre travail, changer nos horaires, faire des détours. On aura moins d'argent, moins de temps, plus de stress. L'idée de se barrer en week-end sur un coup de tête sera un vieux souvenir. Les vacances, une organisation para-militaire. 

J'aurais voulu qu'on me prévienne. 
Personne ne m'avait dit que ce serait si dur. Certains biberons la nuit seront presque insurmontables. Certains pleurs insupportables. Parfois, l'espace de quelques secondes tu te demanderas qu'est-ce que t'as fait comme connerie. Avant t'étais bien, tu prenais ton petit dej à midi et tu décidais d'aller au cinéma au dernier moment. T'avais besoin de 5 secondes pour sortir de chez toi. Ton manteau, tes clés et la monnaie pour le pop-corn salé.  

Avec lui tu te réveilleras parfois à 3 heures du matin à cause des pré-molaires qui sont en train de percer, tu achèteras des potions magiques homéopathiques à la pharmacie en priant pour un miracle et tu deviendras pro en massage des gencives. T'apprendras même à mesurer le degré de pousse des dents du bout de tes doigts. Il te faudra une organisation de deux semaines pour prévoir une soirée, et quand tu sortiras de chez toi, tu devras compléter une check list longue comme le bras, vérifier si le sac à langer est bien chargé avec des couches, des lingettes, des cotons, du liniment, un jouet au cas où, et un change de secours. Mettre tes affaires et ses affaires. Tes chaussures et ses chaussures. N'oublie pas la tétine. Et l'attache-tétine. La poussette. Les clés. Le bonnet. 10 minutes plus tard, il pleure, t'es en sueur, tu claques la porte un trousseau de clé dans la main et un trousseau de clé derrière la serrure. Tu te retrouves coincé dehors, parce que la clé ne tourne pas si sa jumelle est derrière.

J'aurais voulu savoir. 
Tu ne le verras pas beaucoup. La semaine surtout. Tu vas penser à lui la journée, être crevée au moment de le retrouver, essayer de jouer un peu pour lui faire plaisir, quand même regarder ton portable de temps en temps, le coucher à 20h et une fois qu'il dormira, tu te diras qu'il te manque.
Penser à lui, encore. S'endormir. Et chaque jour recommencer.

On aura jamais le temps, jamais le fric, jamais la force. Mais on s'était dit un truc tout fait, pour se rassurer, "une fois qu'il sera là, on se débrouillera". C'était vrai. D'ailleurs, c'est pas de la débrouille, c'est pire que ça, c'est de la révolte, parce que tout ce qui comptait avant n'a plus d'importance, que le monde se met à tourner dans l'autre sens, que toutes les priorités basculent, la priorité, c'est lui, tout ce que tu fais, c'est pour lui. Avant -dans ton imaginaire- le bébé est un paramètre de ta vie. Quelque chose à gérer en plus. Une fois qu'il est là, tu te rends compte qu'il a juste donné un sens à tout ça. Et que tu n'avais rien compris avant.


Personne ne m'avait dit non plus que j'aimerais quelqu'un plus que moi. 
Que les attentats ne me feraient jamais aussi peur, maintenant que je m'occupe de la vie de quelqu'un d'autre. 
Que l'état du monde ne m'inquièterait jamais autant, maintenant que j'ai porté une âme de plus sur Terre. 
Que pour la première fois de ma vie je me demanderais si je suis quelqu'un de bien et tous les jours je ferais en sorte de pouvoir répondre oui
Commencer à penser aux autres parce que j'ai compris que je n'étais pas seule. Prendre conscience des 7 milliards, maintenant que lui est là. 
Aimer la vie, pour de bon.

J'essaie de le faire rire tous les jours, au moins une fois. 
Je lui fais des câlins, pour qu'il sache comme il est aimé. 
Je l'embrasse, pour qu'il sache comme il est précieux. 
Je l'applaudis à chaque petit exploit, pour qu'il n'oublie jamais sa valeur. 
Je lui dit que je l'aime tous les soirs, avant de dormir, dans le creux de l'oreille. Au fond de moi j'espère qu'il me pardonne d'avoir crié, d'avoir été fatiguée, d'avoir regardé mon portable quand on jouait. 
Quand je lui parle, il appuie sa tête contre mon épaule. Je mets mon nez dans son cou, je sens l'odeur la meilleure du monde, je lui répète comme je l'aime. Et on reste comme ça. Quelques minutes hors du temps.
Je balance tout doucement, comme si on dansait un slow. Il finit par relever la tête, me regarder, sourire avec sa tétine, et se coucher. Je crois qu'il m'a pardonné. 

A la future maman d'il y a deux ans. 
Ne réfléchis pas trop, tu ne peux même pas imaginer.
Fonce. C'est tout. 



© Ourson Chéri 



Commentaires

Sproten laetitia a dit…
Magnifique comme d'habitude, c'est tellement vrai
caudrey33 a dit…
J'ai pleuré tellement c'est beau ❤️
Amandine Hegele a dit…
C'est vraiment très joli et tellement vrai, on ne peut pas soupçonner une seconde a quel point tout change et comment les priorités se replacent, naturellement.... Instinctivement...
C'est tellement ca, tellement ce que je ressens pour mon fils, et tellement ce que je vis. J'en ai les larmes aux yeux tellement c'est criant de vérité. Merci !
Barbara Dahan a dit…
Tu mas fait pleurer méchante va! Ça donne tellement envie d'être maman j'adore ""!
Sarah Chloé a dit…
Je trouve magnifique ce que tu as écris ! On ne s'en rend pas compte (car je ne suis pas encore maman!). Mais oui effectivement, je pense que je penserai à mon petit bout tous les jours toutes les heures etc
Angelique Lh a dit…
Ton texte est juste trop beau trop vrai trop touchant j'adore bravo
Aurelie B a dit…
Tellement vrai ! Tu as trouvé les bons mots pour exprimer ce que je ressens moi aussi :-) Merci !
e-Zabel a dit…
Superbe et tellement vrai
Anonyme a dit…
Mais je me suis tellement reconnue dans vos articles... je suis maman d'un petit Romeo né le 21.03.15. Merci spécialement pour ce texte qui m'a beaucoup émue...

Marie
....et la maman à 60 ans. Sa vie est derrière elle. Mais il y a le gosse, ses apprentissages, ses études, son travail, sa famille qui nous font avancés! La vie...
Emma June a dit…
Superbe et tellement vrai.
J'ai particulièrement aimé "Avant -dans ton imaginaire- le bébé est un paramètre de ta vie. Quelque chose à gérer en plus. Une fois qu'il est là, tu te rends compte qu'il a juste donné un sens à tout ça."
Bravo.
Unknown a dit…
Une façon exacte d'être au monde...
un (tout petit) bémol, s'il vous plait. J'aurais aimé comme titre "lettre au futur parent que j'étais il y a deux ans". Parce que père ou mère, c'est le même sentiment, je crois.
Uggs :)
Sophie Dumartin a dit…
Tellement vrai ! Bravo c'est bien écrit, belle émotion, merci.
Waouuw a dit…
Magnifique,tellement vrai! Merci pour ce beau texte, totalement émue!
Kariine87 a dit…
Comme d'habitude tu sais mettre des mots sur ce qu'on vit, ce qu'on pense, ce pourquoi on culpabilise mais qu'on vit toutes ! Merci !
Sandra LYS a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Maman DIY a dit…
Maman depuis janvier 2015, je suis enchantée de découvrir ton joli blog plein d'émotions ! Au plaisir de te lire.
Marina Hernandez a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Marina Hernandez a dit…
Juste magnifique, je suis moi même maman depuis 6mois et je sais se que sais. Je ne vie que pour elle et je ne pense qu'a elle tous les jours. Bravo pour se que tu as écrit 😊
Anonyme a dit…
Tres beau, mais en tant que papa j'aurais préféré un titre tel que: "lettre au futurs parents que nous étions" car oui je suis un père, et je me suis quand meme retrouvé dans chacune des situations...
Le monde a changé, les peres aussi ;)
Magnifique texte !
Je comprends tout à fait. Je l'ai appelé comme ça parce qu'il s'adresse à la future maman que j'étais (j'étais bien une future maman il y a deux ans !). Mais j'espère en effet qu'il puisse résonner aussi auprès de tous les parents, futurs parents, papa et maman :) merci pour votre commentaire en tout cas !
Je pense aussi que c'est le même sentiment en tout cas les mêmes émotions peu importe si papa ou maman. Mais je l'ai appelé ainsi car cette lettre je souhaitais me l'adresser... Et j'étais une future maman, il y a deux ans :) pleine de doutes et de peurs !
Merci beaucoup à vous
Merci beaucoup ! A bientot sur le blog alors :)
Anonyme a dit…
Effectivement, vu comme ça c'est logique ;)
Encore bravo et merci !
Anonyme a dit…
Comme je suis heureuse d'avoir lu cette lettre. Elle me conforte dans l'idée de ne SURTOUT PAS EN FAIRE.

Pour rien au monde je n'echangerai mes grasses mat, mes sorties pour ça.

Et puis dans votre lettre il y a quand même un relan pro nataliste qui a notre époque s'apparente a de l'inconscience.
Vous faites des gosses, mais quel avenir vous leur offrez? Pas de boulot plus tard, vivre dans un monde pollué a cause de qui? De l'homme qui n'arrête pas de pondre.

Vous n'êtes juste qu'une égoïste.
Merci pour ton commentaire !
Merci à toi pour ton commentaire !
Merci Marie ! Des bisous à votre petit Romeo
Stéphanie Ribau a dit…
"mes sorties","mes grasses mat". Moi, je... Rappelez moi la définition d'égoïsme...
Pour les grasses matinées, vous avez sûrement raison. Savourez-les.
Pour le "pro nataliste", je ne veux donner de leçons a personne, je m'adresse à celle que j'étais, avec ses anciennes peurs, et je les dissipe.
Enfin sur l'état actuel de la planète, je comprends votre point de vue, mais la c'est un choix philosophique qui se discute sûrement pendant des heures et des heures sans trouver de "gagnant" au débat. De là à me traiter d'égoïste... j'espère que vous n'insultez pas les parents que vous croisez dans la rue !
Merci néanmoins pour votre commentaire.
Anonyme a dit…
Comment peut on vous traiter d'égoïste, alors que la maternité n'est que don !!!
Don de soi, don aux pères, don aux enfants ..... et aux grands parents dont je fais partie !!!
Même à 65 balais passés, les enfants sont encore là.. Bien sûr, ils ont leur vie... mais ce sont toujours nos petits et nous aurons toujours besoin de leur dire qu'on les aime "autrement"
Anonyme a dit…
Alors moi aussi je suis égoïste ou alors j'ai un bébé de 6 mois qui est parfait. Je continue de me faire des restaurants le week-end (on y va juste vers 18h), on se fait des week-ends sympas à l'étranger (Prague, Francfort, Berlin,...), oui ça fait penser à un déménagement la première fois, puis on apprend à voyager léger. Je bosse à temps plein (40heures plus embouteillages .. Entre 8 et 10 heures par semaine) et pourtant je laisse le boulot et la fatigue de côté quand je rentre et passe du temps avec elle. Elle fait ses nuits depuis qu'elle a 6 semaines. Le week-end je continue de visiter des musées, de faire du shopping,... Rien n'a changé à part que maintenant on fait tout à deux ou à trois. L'article ne m'a pas impressionné. J'ai l'impression que l'auteur veut rentrer dans le moule de la légitimité et du conformisme. Être maman ce n'est pas ça, être parent ce n'est pas ça.
Vous avez du mal lire l'article si vous avez compris que l'on ne faisait plus rien avec un enfant. J'aborde simplement (et un peu d'humilité, ça ne fait pas de mal...) les différents enjeux et changements que la parentalite implique. Ce que je redoutais, ce qui est arrivé... J'en tire une conclusion. En revanche je ne prétends pas que mon expérience est universelle, puisque cette lettre je me la suis adressée :) ce sont mes imperfections, mon expérience. Ravie que pour vous tout soit si facile et géré d'une main de maître, je vous en félicite, c'est une preuve d'adaptabilité. Mais je vous en prie ne généralisez pas "être parent ce n'est pas ca" chacun fait à sa manière et généralement du mieux possible... Dans quel moule je rentre, c'est la dernière de mes préoccupations.
Bien d'accord avec vous
moblog a dit…
Et le papa là-dedans ?
Lettre à la future maman et au futur papa que nous étions il y a deux ans, ça sonne bien aussi ;-)
instants volés a dit…
Et en plus, on recommence !! J'en ai 3, et je vis ça pour chacun d'eux !
Très beau, les larmes aux yeux. Merci !
@moblog

Il s'agit d'une lettre que je m'adresse à moi-même, à la future maman que j'étais... et je ne suis tout simplement pas ni un futur papa, ni un papa ! Ca n'enlève en rien le rôle et l'importance des papas. C'est un parti pris : mon point de vue de maman.
Anonyme a dit…
Mon fils va avoir 2 ans, je me retrouve complètement dans votre texte, un véritable effet miroir qui rassure, merci pour avoir mis en mot cette douce folie qu'est la maternité... :-)
Unknown a dit…
Très beau texte, je m'y suis retrouvée. Bravo
Anonyme a dit…
Je me retrouve dans beaucoup de points de votre texte, qui m'a énormément touchée... Ha... le câlin d'avant dodo quel moment magique et tellement bien décrit !
Certains commentaires me sidèrent notamment celui vous traitant d'égoïste. Venant d'une personne qui ne pense qu'à ses grasses mat et ses sortie c'est l'hôpital qui se moque de la charité...
Et à la pseudo maman parfaite pas impressionnée avec son bébé parfait j'ai envie de dire que tous les bébés sont différents et que si elle a eu de la chance au tirage ce n'est pas le cas de tout le monde. Ici entre coliques, RGO sévère et autres maux ma fille pleure parfois beaucoup et ne fait pas toujours ses nuits à 5 mois mais elle n'en est pas moins merveilleuse...
Bref ces commentaires me debectent...
Merci en tous cas pour ce texte si magnifique dans lequel je me retrouve si bien
Romance a dit…
Complètement d'accord avec cette partie, je me reconnais tellement :/
"Tu ne le verras pas beaucoup. La semaine surtout. Tu vas penser à lui la journée, être crevée au moment de le retrouver, essayer de jouer un peu pour lui faire plaisir, quand même regarder ton portable de temps en temps, le coucher à 20h et une fois qu'il dormira, tu te diras qu'il te manque."
Asmae a dit…
Salut !!! J'ai trop aimé ce que tu as écrit, la lettre de la future maman et tout !!! On aurait dit que c'est moi qui parlais !!! Moi même j'ai 27 ans " et demi " et j'ai une petite fille de deux ans !!! c'est dingue de ressentir la même chose et de vivre presque la même chose !!! En tout cas merci ça m'a fait rire et pleurer en même temps et tout d'un coup je me suis sentie normale et moins seule dans ce que je vis !!!! Continue à écrire de mon côté je continuerai à te lire !!!! Bon courage pour la suite 😊 !!!!!
Je suis enceinte de 7semaine ... Et se texte bien de me mètre la larme a loeil c magnifique et réaliste ... J'ai un petit frère de trois ans et une petite soeur de un ans pis ma mère et enceinte de 35semaine ... Et mon dieu que oui c de l'ouvrage mais ont les aime ... Peut importe se qui vont faire ont les aimera toujours autent
74120victor a dit…
Ça marche également pour les papas, merci pour ce beau texte, que je m'empresse de partager avec ma femme, elle-même jeune maman (notre puce a 2 mois mais occupe déjà une place énorme dans nos vies, depuis sa naissance en fait) merci.
Justine a dit…
M a g n i f i q u e . Il n'y a rien a ajouter, si lz reconnais encore profondément dans ce texte... gros bisous ma belle a toi et ton mini homme <3
Stéphanie K. a dit…
Tellement vrai.. tellement beau.. j'en ai les larmes aux yeux à chaque lecture..
Merci pour ce partage :)
Pauline a dit…
Je pense que tu as parfaitement résumé ce que c’était qu’être mère. Je suis d’avis qu’il ne faut pas réfléchir, car quand j’observe les mamans autour de moi, c’est que du bonheur.
Terrier Amandine a dit…
Ce texte je l'aime .... J'aurais pu l'écrire mais jamais aussi bien ...
J'ai 29 ans et 3 enfants que j'aime du plus profond de mon coeur . Et ce texte de temps en temps je le relis , il est dans les notes de mon iPhone ... J ai plus de 3700 amis sur fb car c'est mon outil de travail ... Je l'ai publié il y a peu de temps il a été partager plus de 100 fois et j'étais fière de vous , de cette si belle écriture , de se reconnaître toute un peu ... Alors simplement merci .
@Amandine Terrier

MERCI ! C'est tres gentil et je suis touchée que ce texte vous plaise tant. Merci pour le partage, cela représente beaucoup pour moi (j'espère que vous avez pu mettre le lien du blog !) et félicitations pour les 3 petits coeurs. Plein de bonheur à vous :)
catherine lust a dit…
c'est tellement bien dit et tout a fait vrai !
Anonyme a dit…
C est clair, on ne s imagine pas avec avant et quand il est là on ne s imaginerait plus sans. Ce doit être ça l amour et l unique .

Marico
Anonyme a dit…
Tellement beau dans 4 Mois je donnerai la vie je doit dire que je me demande souvent si je serai une bonne maman si j'arriverais à surmonter tout les petits problèmes de la vie et si je serai subvenir à ses besoin etc... Des Si souvent présent mais l'on m'a dis que c'était assez fréquent de se pauser ses questions.
Au fond de moi je sais que je donnerai ma vie pour elle. depuis que je la sent bouger en moi la sensation est wawwww (MAGIQUE) donc j'imagine ma rencontre avec elle dans 4 petit mois. Merci pour ce bel article qui illustre bien nos vie de maman ou future maman
Anonyme a dit…
Magnifique !! Tellement bien dit !!!! Et tellement réel !!!
Jusqu'au fond de mes tripes... Cette fatigue, ce désespoir face aux cris, aux larmes de mon enfant... Et ce sourire, cette odeur... Cet amour indescriptible... Être mère ❤
Merci pour ces mots !
Zeb a dit…
Pourquoi future maman ? Je suis un ex futur papa et je me reconnais du premier au dernier mot.
Merci pour ce témoignage.
@Zeb
Cher papa! Merci beaucoup. Pour répondre à votre interrogation, rassurez-vous, c'est tout simplement parce que j'étais une future maman il y a deux ans. Cette lettre, je me la suis adressée à moi-même :)
Anonyme a dit…
J'aime beaucoup. je suis maman d une magnifique petite fille née le 08 février 2016 bientot 8 mois qu elle nous comble de bonheur, votre texte est tellement vrai...
Miss figolu a dit…
Oh comme c'est beauuu !!
Anonyme a dit…
Juste vrai et magnifique car même si on en bave parfois il n'y a qu'à les regarder pour se dire que vraiment c'est la plus belle chose qu'on puisse faire dans ce monde : donner de l'amour même imparfait jusqu'à l'infini à ces petits (futurs grands) êtres si adorables ... ♡
Avec mon mari on culpabilise parfois de ne pas être parfaits comme on l'aurait voulu car fatigués par le quotidien, en manque de liberté mais notre priorité c'est quand même de les aimer plus que tout et tout faire pour les rendre heureuses et prêtes à affronter ce monde de fou ...
Merci pour ce texte qui touche !

Anonyme a dit…
A l'ère anthropocène, on peut juste se dire que les futures générations jugeront, tant qu'il y en aura
Anonyme a dit…
C'est marrant comme tout le monde croit être unique en devenant parent et tout le monde répond la même chose "En tant que Maman de...", "Je suis enceinte de...", "Ma fille/mon fils..."
Comme si quand on est parent, on ne peut pas s'empêcher de parler de ses enfants. Ca tourne en boucle un peu, comme de l'auto-conviction. Et surtout, tout le monde se fout des enfants des autres non?
Anonyme a dit…
Magnifique... et émouvant :) Très bien écrit ..
Cher anonyme... C est un peu dur mais vous avez raison on parle de nos enfants avec un émerveillement totalement démesuré. On essaie de rester objectif mais c est difficile quand ils s'agit de nos trésors. Et les autres enfants ? Evidemment qu ils ont beaucoup moins d'intérêt à nos yeux :D Mais de là à s'en foutre, tout de même pas, je vous assure que si tous ont l'air de se ressembler, ce sont des êtres humains et chacun a sa particularite, un rire, une voix, plein de petits riens qui les rendent tous... uniques. Effectivement.
Merci beaucoup à vous !
Charlotte a dit…
Magnifique merci !
Sophie C. a dit…
Très beau texte dans lequel je me retrouve en tant que maman.

Juste dommage de faire passer une fois de plus ceux qui n'ont pas d'enfants comme des sous-personnes qui " ne comprennent rien avant et dont ils ne peuvent pas savoir le sens de la vie tant qu'ils n'ont pas d'enfants".
Avec les enfants tout est en effet plus intense, plus dur, plus beau mais ça n'empêche pas que les autres vivent aussi une vie pleine et heureuse.
Anonyme a dit…
Je suis relativement sur que il s'agit du même type de parent qui se plaint de ne pas voir ses gosses et puis qui part en vacances sans les enfants (ou avec une babysitteuse) car ils ont besoin de temps pour eux... Ego.
Comme vous êtes "relativement sur" et que jai un problème d'ego, je vous réponds! A votre grand étonnement, figurez vous que ce n'est jamais arrivé. ;)
Encore une fois cest une lettre que j'adresse à moi meme dont je n'ai traité personne de sous personne je vous rassure. Je considère simplement que mon enfant a changé le cours de mon existence. Je n écrit nulle part que ma vie d'avant était vide et malheureuse. Simplement différente ;)
Anonyme a dit…
11 2 2016 date anniversaire de mon second bonheur. . Il a eu 7 ans ce jour là et j'aurais pu lui dire ces mots
Nadège a dit…
magnifique.... Merci, je m'y retrouve totalement.
j'aime mon enfant d'un amour inconditionnel mais j'ai appris aussi à vivre sans mon enfant pour qu'il ne soit pas le "centre de mon monde". :)

merci :)
Unknown a dit…
Mon dieu qu'elle est juste cette lettre. J'en ai commencé une, c'est étonnant comme nous avons toutes besoin de cet avant/après. Sans doute une manière d'exorciser le paradoxe d'être mère : c'est difficile souvent, c'est irremplaçable quoi qu'il arrive. Merci à toi !
Laetitia Barth a dit…
Mon dieu qu'elle est juste cette lettre. J'en ai commencé une, c'est étonnant comme nous avons toutes besoin de cet avant/après. Sans doute une manière d'exorciser le paradoxe d'être mère : c'est difficile souvent, c'est irremplaçable quoi qu'il arrive. Merci à toi !
Anonyme a dit…
Il faut voir un peu plus loin que le bout de son nez... Avoir un enfant n'est en aucun cas une preuve de générosité. Et c'est très souvent peu réfléchi. Preuve en est ce texte et toutes ces réponses qui ne parlent que d'émotions et du fait qu'on ne peut pas savoir à quoi s'attendre, donc de l'absence de raison dans la décision (si c'en est une, c'est souvent juste un fait) d'avoir un enfant. Et si on réféchit juste un peu, il y a vraiment beaucoup plus de raisons de ne pas avoir d'enfants que l'inverse: surpopulation, épuisement des ressources naturelles, changement climatique, coût élevé de l'éducation pour une population mondiale dont le pouvoir d'achat ne progresse pas assez vite, coût du logement, menaces biologiques telles que la résistance anti-microbienne...
Anonyme a dit…
juste bravo et merci !
r2e a dit…
qu'il est beau ce texte qui dit "je t'aime" à son enfant !
Je ne me reconnais pas dans les premiers paragraphes. Quand j'ai eu mon premier, j'avais déjà la responsabilité de trois autres qui n'étaient pas de moi mais de mon mari (à l'époque). Alors, j'ai pas regretté ni les sortis, ni les we sur un coup de tête, je les avais jamais vécu. Et le moment où je ne devais ne penser qu'à moi, me préoccuper que de moi, était déjà loin derrière moi quand mon premier est arrivé. Et oui, tu as raison (je te tutoie ne m'en veux pas) tout prend soudain un sens. Et puis moi j'ai eu de la chance. J'ai pu rester à la maison pour m'occuper de lui. Et je me suis occupée des deux autres qui sont arrivés après. Oui, rester à la maison, prendre soin d'eux durant leur trois premières années chacun, les allaiter durant ce temps aussi ... c'est tellement loin maintenant ! Le plus grand est parti vivre sa vie. Et les deux derniers sont complètements indépendants... Quand est ce que c'est arrivé ? Je sais quand c'est arrivé ! c'est arrivé le jour où j'ai levé la tête et qu'ils n'étaient plus là autour de moi, à me demander ceci ou cela "porte moi, aide moi..." D'un coup ils sont devenus autonome, d'un coup, ils sont devenu grand et je ne l'avais pas vu. Souvent ils me disent que je suis la meilleure maman du monde. Mais je n'ai aucun mérite, j'ai les meilleurs enfants du monde.
Alors oui ... C'est difficile, c'est de la fatigue, du stress et des moyens financiers en moins. Mais non ! ça ne dure pas ! Et c'est moment que tu vis, ce sont des moments privilégiés qui ne dureront pas, profites en ! C'est maintenant !
(ps, malgré qu'ils aient grandi, la peur de ce monde, entant que parent pour ses enfants, ne faiblit pas ! donnons leurs des armes pour combattre et des outils pour construire et de l'amour, beaucoup d'amour, pour que leur sourire soit à toute épreuve et pour toujours !)
Anonyme a dit…
Une chose est sur heureusement que vos parents ne ce sont pas dit la même chose pour vous sinon vous ne seriez pas de ce monde et franchement je suis sincèrement désolé pour vous car vous ne saurais pas quel joie c'est d'avoir un enfant de l'avoir porter pendant 9 mois et de le voir ensuite évoluer jusqu'à devenir adulte et qui sais trouvais des solutions a la pollution, etc....
sol5 a dit…
J'adore... Mais maintenant qu'elle vient de faire 16 ans, je relativise ces premiers très difficiles moments. Et j'apprécie l'adulte qu'elle est en train de venir autant que le parcours qui nous y a amenées... Et que j'apprécie le parcours différent mais aussi fascinant de son frère ...
Accompagner en enfant jusqu'à ce qu'il s'envole, c'est une incroyable et merveilleuse aventure !
Anonyme a dit…
et pourtant même en lisant ça...tu ne sais pas encore ce que c'est tellement c'est magique! <3
Anonyme a dit…
je suis une mamie maintenant mais ce texte m'a replongée dans ces moments parfois, même souvent, difficiles mais tellement magiques malgré tout....et avoir vu grandir mes enfants et maintenant mes petits enfants... ce ne sont que des moments de bonheur que je souhaite à chacun....et tout le reste me semble dérisoire... merci pour ce texte à la lecture duquel j'ai versé ma larme....
Anonyme a dit…
je suis une mamie maintenant.... et je trouve certains commentaires injustes, égoïstes, insultants....j'espère que ces personnes là n'ont pas d'enfants...sinon, que pourraient t-elles bien leur transmettre ? il s'agit seulement du ressenti d'une future maman...où je me reconnais parfaitement, comme beaucoup d'autres sans doute...alors, oui, j'approuve ce texte que je trouve magnifique et tellement vrai.... et comme l'on dit "un peu de douceur dans un monde de brutes".... ne fait de mal à personne......
Anonyme a dit…
Si...on vous l'a dit....mais on ne peut pas comprendre tant que l'on ne le vit pas soi même...parent...la plus belle chose à vivre mis à part peut être...grands parents si on peut apporter un peu de soutien à ses enfants tout en vivant la plus belle chose au monde...la venue d'un petit enfant. Ce texte m'à beaucoup émue car il reflète complètement la réalité. C est pour cela qu il faut être présent au max.auprès des enfants pour les aider quand et comme on peut.
Pat ppnor a dit…
Ah, encore une Foresti ! Tout comme moi quand je dépose ma fille à l'école. .. Alors, attention : tout petit, ils pardonnent tout. ..à l'adolescence, ça se gâte un peu mais on fonce toujours car on sait pourquoi et c'est toujours aussi bon ... en espérant qu'après (hihihi) on puisse leur avoir donné l'envie de foncer à leur tour : juste pour qu'ils se sentent obligés de nous pardonner ! C'est pas bon tout ça ������
Pat ppnor a dit…
Ah, encore une Foresti ! Tout comme moi quand je dépose ma fille à l'école. .. Alors, attention : tout petit, ils pardonnent tout. ..à l'adolescence, ça se gâte un peu mais on fonce toujours car on sait pourquoi et on aime toujours autant ... en espérant qu'après (hihihi) on puisse leur avoir donné l'envie de foncer à leur tour : juste pour qu'ils se sentent obligés de nous pardonner ! C'est pas bon tout ça 😍🤔😊
christine a dit…
Tellement vrai. Et tellement émouvant ...
Anonyme a dit…
Moi je suis une mamie et ma fifille Fait tout cela,pour moi c'est du passé et ça me fais pleurée!!Merci!!
Unknown a dit…
Bonsoir,
Très belle lettre, ont s' y retrouve toutes un peu, félicitations à d'avoir pu l'écrire et bonne continuation à vous et votre petit coeur
Anonyme a dit…
Merci à vous pour cette magnifique lettre.... C'est que la vérité de tous les jours. 2 garçons 6 et 3 ans et ça déménage à la maison mais on les aime plus que tout nos petites tornade....
Je ne regrette en rien de les avoir ils sont notre raison de vivre
Anonyme a dit…
Vous oubliez un élément juste essentiel dans tout ça : l'Homme est un mammifère, avec tous les instincts qui vont avec. Celui de se reproduire et de faire perdurer sa race en est un fondamental.
Bien sûr qu'à y réfléchir, ça semble complètement fou de faire un enfant de nos jours. Mais c'est aussi complètement fou de tomber amoureux, de manger du sucre, de boire du vin, de prendre sa voiture, de sauter en parachute, et j'en passe. Mais c'est dans notre nature de nos reproduire, de ne pas vivre seul, de se faire plaisir...
Anonyme a dit…
Le futur papa a qu'à écrire sa propre lettre !-:)
Unknown a dit…
ça marche aussi pour les papas !
3 boules d'amour à la maison c'est si bon :-)
Anonyme a dit…
Je confirme, je suis papa d'un ptit gars de 16 mois, et je me retrouve tout à fait dans les sentiments que tu décris...bravo pour ce joli texte qui m'a beaucoup touché ;)
Anonyme a dit…
Merci...je m'y retrouve tellement
C-Tong a dit…
Je n'ai pas pris le temps de lire tous les commentaires et encore moins leur reponse, donc il peut que je répète les memes choses que quelqu'un d'autre. Cependant j'ai bien pris le temps de lire et parfois relire certains passages de ce texte emouvants et plein de vérités. Une vérité qui touche car elle est a description du vraie but de la vie, qui n'est pas de travailler et devenir riche, qui n'est pas de devenir maitre du monde ou encore de devenir celebre, non. C'est tout simplement de donner a vie a notre tour. Une vraie aventure a partager. Je suis père et papa poule, mes enfants (3 garcons) sont ma plus grande fierté et ont fait de moi un homme meilleur. Vive la vie.
Anonyme a dit…
Magnifique et tellement vrai !
Anonyme a dit…
Merci beaucoup pour cette magnifique lettre. Moi qui suis une future maman...ça m'en donne les larmes aux yeux et l'envie de faire mon maximum pour ce petit être qui grandit en moi.
Unknown a dit…
Je découvre votre blog par cet article et je le trouve tout simplement magnifique et tellement vrai ! (maman d'une petite fille de 9 mois qui a bouleversé ma vie ^^)
Sabrina Mandiau a dit…
Très joli.. la future Maman que j'étais il y a deux ans et demi, et que je suis de nouveau, se retrouve à 100%! Merci, j'en ai les larmes aux yeux et je vais faire un câlin à ma fille tout de suite, après avoir lâché mon téléphone, et lui dire encore et encore que j'e l'aime teeeeeellement!
Sabrina Mandiau a dit…
Très joli.. la future Maman que j'étais il y a deux ans et demi, et que je suis de nouveau, se retrouve à 100%! Merci, j'en ai les larmes aux yeux et je vais faire un câlin à ma fille tout de suite, après avoir lâché mon téléphone, et lui dire encore et encore que j'e l'aime teeeeeellement!
Gabriel a dit…
La naissance d’un enfant qui donne un sens à la vie du parent !!!???
Bon sang mais pourquoi doit-on attendre d’avoir un enfant pour donner un sens à notre vie, clarifier nos vraies priorités, ressentir la vie, la vraie ? C’est quand même dingue, non ?
Et l’enfant dans tout ça, il en pense quoi, lui, de devoir attendre que ça mère ou son père réalise qu’il va devenir leur priorité. Il ne manquerait plus que ça qu’il ne le soit pas !

Que l’on soit d’accord, Delphine, je ne remets pas en cause la bienveillance que tu portes à l’égard de ton fils et la manière dont tu sembles vivre les différents événements de ta vie. Je te trouve d’ailleurs plutôt honnête dans ta manière de vivre et d’exprimer tes ressentis ; mais ton encouragement à « Foncer », à « Ne pas trop réfléchir » m’inquiète. Que l’on soit clair, il ne m’inquiète pas dans mon avenir parental étant donné que j’ai décidé de ne pas avoir d’enfants et que je suis à l’aise avec cette décision mais il m’inquiète dans une dimension tout simplement humanitaire, globale. Il m’inquiète pour les futurs millions, milliards de petits êtres qui vont devoir vivre avec des parents perdus, souvent névrosés, qui n’ont pas trouvés de sens à leur vie et qui attendent de leur enfant qu’il leur en donne une.
Les parents, je crois, espèrent souvent que leur enfant leur apportent certains moments de vie. Des attentes énormes sont placées (souvent inconsciemment) chez l’enfant, qui les perçoit très bien. En atteste les moments que tu décris lorsque, par exemple, tu dis que « j’espère qu’il me pardonne » (A-t-il vraiment le choix ?)

Les sensations de joie et de bonheur qu’apporte un enfant et que tu décris d’ailleurs très bien dans ton article, je ne les remets pas en cause, mais justifier la conception d’un enfant seulement sur ces éléments-là, en faisant abstraction de l’absence de vie et de sens de la vie qui habitent malheureusement l’esprit de beaucoup d’individus sur cette planète ne me rassure pas.

Cet article d’une ancienne thérapeute, Sophie Gauthier, illustre peut-être mieux mon ressenti :
http://www.larbreasoi.com/ne-pas-faire-denfants/

Humanistement,
Gabriel
Anonyme a dit…
Je n'aurai pas été aussi directe dans les propos mais oui il y a de l'égoïsme dans le fait de faire un enfant. On fait un enfant pour soi, pour nous mais on ne pense pas à celui qui va naître ni aux souffrances qu'il devra endurer ni même s'il sera heureux de vivre. Pourtant on fait quand même des enfants. Personne n'est préparé à ça. Quand on en parle, tout le monde nous dit : tu verras c'est que du bonheur !. Et bien non, ce n'est pas que du bonheur. C'est de l'anxiété, de la contrariété, du stress, de la fatigue, des cris, de la colère, de l'énervement, de la déception et de temps en temps un peu de sourire. Personnellement, je ne m'attendais pas à vivre ça et a devoir endurer autant de souffrances. Si j'avais su, je n'aurai pas franchi le cas. Les mères qui ne ressentent pas la maternité comme une chose merveilleuse sont traitées de mauvaises mères et blamées. Ce qui les fait souffrir davantage. Alors on se renferme et on garde pour soi. Au final, tout le monde souffre alors que c'est la dernière chose qu'on voulait au départ pour son enfant. Je regrette, je m'en veux mais c'est le genre de chose ou on ne revient pas en arrière. On vit avec et on assume. Malheureusement, je ne sais pas comment un enfant peut se construire et sa mère avancer dans cet état là. Je me dis souvent que ce serait mieux si je n'étais plus là.
@Gabriel

Je crois que tu as mal compris mon texte.
L'erreur que font certaines personnes en lisant cette lettre est de croire que c'est quelque chose que j'adresse à tous les parents et futurs parents. Pour rappel, c'est un article que je me suis écrit à moi même. J'ai eu envie de raconter mon histoire et les doutes qui m'ont envahie à l'époque où je souhaitais faire un enfant, mais que "les choses de la vie" me faisaient peur. Ma vie personnelle et surtout ma situation (amoureuse, financière, professionnelle) me permettaient tout de même d'assumer mes responsabilités et ne pas faire cet enfant en toute insconcience. Néanmois, un enfant reste un bouleversement et les choses changent, c'est un fait, donc on a toujours l'envie raisonnable de peser le pour et le contre.
J'étais la première, avant d'être mère, à ne pas comprendre les discours de parents clamant comme leur vie avait pris un sens à l'arrivée de leur progéniture. Pourtant, le 1 er décembre 2014, tout a changé et je suis passée de l'autre côté. J'ai adoré ma vie avant lui, mais plus rien n'a jamais eu autant de saveur que depuis son arrivée. C'est comme ça que je l'ai vécu, je le raconte, mais je ne fais pas de propagande ;) je me contente de témoigner. Chacun mène sa vie comme il l'entend ensuite. En fait, ce que tu as mal compris c'est que ma vie était parfaitement heureuse et épanouie avant mon enfant. Je n'ai pas décidé d'avoir un enfant pour trouver le sens de la vie. Je dis au contraire qu'il l'a changé à ma plus grande surprise, et qu'il a changé ma façon de voir le monde. Je n'avais rien demandé, je ne m'y attendais pas, ça m'est tombé dessus, et je trouve que je suis devenue une meilleure personne grâce à lui.
Encore une fois, je m'adresse à "l'ancienne moi", celle qui n'était pas sûre d'être capable d'être une bonne maman, et je lui dis que rien ne sera parfait, qu'il y aura des petits couacs (que OUI, j'espere il me pardonnera, aucun parent n'est parfait) mais l'amour que j'aurais pour lui me poussera au moins à faire de mon mieux, et finalement... tout ira bien. Puisque 3 ans plus tard maintenant... tout va bien.

Merci pour ton message car j'ai compris ton idée et tes interrogations qui ont été exprimées dans la politesse et l'échange, et cela reste fort appréciable !
@Anonyme 22 janvier 2017 à 11:53

Je suis triste de vous lire dans un tel désarroi, bien sûr la maternité n'est pas un conte de fées, et peut être n'est elle pas faite pour tout le monde. Comme j'essaie de le faire comprendre, cette lettre est un mot personnel que je m'adresse car la maternité a été une superbe révélation pour moi, malgré les évidentes difficultés, le stress et la fatigue que cela engendre, pour rien au monde je ne reviendrais en arrière (j'attend d'ailleurs un autre enfant). Je pense en toute sincérité et sans aucune méchanceté que vous devriez vous faire aider et surtout en parler autour de vous à une personne de confiance ou un professionnel, car vous semblez vivre un moment difficile... et se replier sur soi n'est pas une solution. Tout le monde a droit au bonheur.
Anonyme a dit…
Je n'aurais pas dit mieux!!!
Anonyme a dit…
Voila exactement toutes les raisons qui expliquent pourquoi je ne ferai jamais d'enfant !
Et surtout parce que moi je n'ai pas besoin d'enfanter pour trouver ma place dans le monde : je n'ai pas envie que ma vie appartienne à quelqu'un d'autre, je connais très bien mes priorités, je sais que je suis quelqu'un de bien, je fais déjà passer les personnes qui comptent le plus avant moi-même, ma vie a déjà un sens, et tous les jours j'apporte des rires, de l'affection, et on m'en donne en retour. Ma vie est déjà complète telle qu'elle est.
Il faut oser le dire et s'affirmer sans craindre les préjugés sur les femmes qui ne veulent pas d'enfant. Je n'ai rien contre celles qui en veulent, mais j'espère que ce message donnera du courage à toutes celles qui sont dans mon cas.
Gabriel Ferrari a dit…
@Del Shaïli Maarek

« 3 ans plus tard maintenant…tout va bien » ! De ton point de vue, il semble que oui. De celui de ton enfant c’est beaucoup plus compliqué à vérifier.
Ma mère a toujours assuré, avec la plus profonde honnêteté, que tout allait bien entre elle et moi. Pourtant je réalise depuis quelques années que c’était tout le contraire. Et j’ai pourtant moi-même longtemps mis sur un piédestal la manière dont elle nous a fait grandir, ma sœur et moi. (Je pourrai m’étendre sur le sujet et sur ce que j’ai découvert sur des pages et des pages, mais je crois qu’Alice Miller l’a déjà très bien fait, en particulier dans son livre « le drame de l’enfant doué »)

Tu affirmes Delphine que tu étais heureuse dans ta vie avant d’avoir ton fils, je veux bien le croire, mais je pense, sans trop me tromper, que ce n’est pas le cas pour beaucoup d’entre nous dans cette société et donc pour nombre de tes lecteurs / lectrices. Je ne remets pas en cause ce que tu ressens, encore une fois ça m’a l’air très sincère, mais il me parait important de proposer un autre regard sur les raisons qui poussent les adultes à avoir des enfants.

Pour ce qui concerne le sens des blogs comme le tiens, c'est-à-dire ces démarches de témoignages, je les soutiens et les encourage grandement. Démarches sans lesquelles, entre autres, nos échanges n’auraient jamais eu lieu ;)

Gabriel
Anonyme a dit…
C'est marrant comme l'ex-mari / nouveau papa n'existe plus...
A croire que le BB à tout effacer, même lui :(
Anonyme a dit…
A la mort de mon fils j'ai pensé que jamais je ne regretterai de l'avoir mis au monde, que jamais je ne lui en voudrai de m'avoir fait souffrir, parce qu'il souffrait plus encore... mais je vieillis et cette belle énergie qui nous fait braver tous les dangers, accepter tous les risques, me quitte certains jours, au point que si je devais recommencer ma vie... hypothèse idiote n'est-ce pas? Alors que mes petits-enfants m'apportent tant de joie...
Del a dit…
Ton texte est tout simplement magnifique c'est exactement ça ! Moi je suis enceinte de mon 2eme et je travaille beaucoup et avec les année on se rend compte de nos priorités.je ne m'arrête pas de vivre et je profite un maximum de mon fils des que je peus ! Continue à écrire c'est top....


Anonyme a dit…
C'est exactement cela. Vous l'écrivez très bien. Merci :-)
Law minnie a dit…
Wahou tu as tout dit Cest exactement mon ressenti , je me retrouve dans chAque parole dans chAque mot . Merci à toi pour ces mots qui rassure dans un sens et qui montre que nous ne sommes pas seule. Merci et bravo pour ces mots et ce texte .

Articles les plus consultés