Retour de vacances et 6 jours sans Plouf (Mood)

Il y a le paysage pour rêvasser, ma chanson préférée et toute la place dans mon fauteuil.
Pas de stickers à coller sur un cahier oublié à la maison, pas de yaourt à donner à travers la tétine, pas de gobelet à faire rouler dans le couloir du wagon.
Le calme plat. Le silence. Un ordi, l’horizon, un réveil à programmer très tôt pour demain matin, et le souvenir de ses joues dodues qui sentent l’indice 50.

Il a fait caprice sur caprice, hurlé tous les soirs pour ne pas se coucher, boudé tous les biberons au profit de curly et de nutella. Il a appris à dire tasse, jus (transformé en « uj »), pêche, et surtout, non. Non, non, non. Pour tout. NON. Pas très sage, un peu trop farceur, complètement irrésistible et totalement conscient de tout ça.

Il me manque déjà. Mon bébé poussin, mon nounours. Aaron. Toi et tes non, tes pieds bronzés et boudinés, ta moue boudeuse, ton rire étouffé, ton obsession des balais, tes premières planches dans la piscine, les glaces dont tu ne voulais bizarrement pas, les « maman » que tu dis au réveil alors que tu as encore les yeux fermés, les « ma-man » qui veulent dire « merci », cette manière que tu as de nous serrer fort le cou pour ne pas quitter nos bras et de replier tes jambes pour ne pas toucher le sol.
6 jours.
6 jours sans lire « Plouf » avant de dormir et écouter les « comptines du monde », le livre de berceuses qu’on avait acheté il y a deux mois et que papa m’avait accusée d’avoir choisi seule parce qu’il le trouvait nul, haha il fait moins son malin maintenant que tu l’adores et qu’on l’écoute tous les soirs en remixant les paroles.
D'ailleurs, on fait tous les deux beaucoup moins les malins, rien que d'y penser.
6 jours.

On a marché, je t’ai expliqué, on va travailler, la crèche est fermée, toi tu restes en vacances, encore 6 jours pour apprendre à aimer les glaces et nager jusque dans le grand bain. Tu profites bien des vacances, d’accord, on se revoit samedi, d’accord, bien sûr que tu es d’accord, c’est pour moi que je répète tout ça. On te quitte parce que la vie est faite ainsi.

Tu me manques déjà, alors j’ai prévu d’aller au cinéma. Au théâtre. En terrasse. Je suis à deux doigts d’aller me faire la Tour Eiffel un soir, tiens. Je suis une maman qui a laissé son enfant en vacances et du coup je vais devenir une touriste dans ma propre ville. Qui visite tout ce dont elle se fichait avant, juste pour oublier le petit lit vide qui sent la lessive et pas l'odeur de son bébé.
Je vais ranger ta chambre pas dérangée, plier les vêtements propres qui n’auront pas ton empreinte, préparer ton retour avec des pêches et du uj, compter les dodos, mettre la télé à fond le soir, faire du bruit quand je me prépare le matin, et puis finalement agir exactement comme depuis 20 mois. Tout doucement.
Parce que tu as changé ma vie et tu m'as changée moi, aussi. Ce qui me manque de ma vie d’avant n’a plus le même goût maintenant que tu existes. D'ailleurs il y a beaucoup trop de place sur ce fauteuil de TGV, les chansons ne sont pas si jolies à écouter, l’horizon n’a plus rien de spécial. Faire rouler ce gobelet avec toi en fait c’était génial. C’était ne plus être une grande personne fermée au monde côté hublot avec des écouteurs vissés dans les oreilles. C’était le voir à travers tes yeux, et découvrir qu’un gobelet vide pouvait être merveilleux.

Je vais relire tous les soirs les vidéos des vacances, répéter inlassablement « mon poussin » en observant tous les petits gestes, parfaitement anodins, que tu fais chaque jour. Et que je ne remarque que lorsque tu es loin.
Chaque seconde de vidéo devient plus précieuse, chaque esquisse de sourire me donne le mien, chaque petit mot prononcé sera répété en boucle jusqu’à ce qu’il ne veuille plus rien dire. Mon fils est ma drogue la plus dure, celle dont je ne désintoxiquerai jamais. Il s’est emparé de mon coeur en une fraction de seconde, je crois que je ne saurai même pas décrire où j'en suis avec 20 mois au compteur.

6 jours.
6 jours où je retrouverai cet état, vous savez, le même que lorsqu’on est enceinte. Pas besoin de le toucher, même pas besoin de le voir. Je pense à lui. Chaque instant, constamment. Quand je marche, quand je mange, quand je parle. On croit que je vis. Mais je pense à lui, tout le temps.

Je n'aurai jamais imaginé que l'amour pouvait aller jusque-là.
Tu es arrivé et je ne penserai qu'à toi.

6 jours.
Jusqu’à ce que je te serre dans mes bras.






Commentaires

Sproten laetitia a dit…
Magnifique, ce n'est jamais facile d'être loin de son bébé , ils sont notre drogue, moi j adore compter ses petits orteils dodus le soir, lui sentir le cou, ahhh nos bébés, notre passion. Mais tout ça ,le boulot, c'est pour lui pour vous offrir l année prochaine encore plus de souvenirs et puis je suis sûre qu il pense à toi et qu il sera heureuse de te revoir. Pense aux gros bisous qu il va te faire en rentrant. Courage . Ça passe vite ( nan c'est pas vrai, ça ne va jamais te paraître aussi long dsl) en tout cas ,ta famille est superbe, j adore vous suivre sur insta et snap, t es une super maman
Amandine Hegele a dit…
C'est tellement ca! Quand tu dis: ce qui me manques de vie d'avant n'a plus le même gout! C'est tellement vrai ! On passe son temps à se dire : rooo j'aimerai être tranquille, le faire garder pour faire une grass mat et traîner devant la télé en mangeant des conneries toute la journée entre 2 clopes que je prendrai vraiment le temps de fumer... Et quand ils sont pas la: on est perdu, on sait plus faire comme avant ou alors on le fait mais ca n'a plus jamais la meme saveur! Merci encore pour ce joli post... 5 dodos ca va passer vite 😉
Elodie a dit…
Sublime...😢😘
Laurine a dit…
Tu me donnes tout le temps des frissons avec tes mots si bien trouvés ! Courage pour ces 6 jours ! Plein de bisous
Waou! J'ai la gorge serrée avec cet article parce que ma fille à seulement 2mois de plus et elle fait la même chose lorsqu'on veut la poser elle enroulé ses jambes autour de nous et c'est tellement enivrant on à juste envie de la croquer et la serrer très très très fort c'est fou ce que l'on peut ressentir comme amour et fierté!
Et aussi j'ai le même livre des comptines du monde et chéri le trouve nul aussi il veut lui faire tout le temps écouter "des musiques de maintenant" Hihihi c'est trop rigolo nous on adore avec ma princesse
Bref pfiou ça fait du bien de te lire comme je te le dis toujours
Merci
Johana a dit…
C'est si bien dit...là tout de suite je serai prête à donner mes gosses ou a les échanger Contre un paquet de clopes...parceque 4 gosses toute la journée c'est hard...mais je sais que dans quelques jours quand je les laisserai à mes parents je vais pleurer...

Allé ca va vite passer! Des bisous ma belle
@Laetitia
Merci pour tout, je vois que je ne suis pas la seule obsédée par leurs petits orteils :)
je t'embrasse!!

@Amandine
Merci à toi pour ce joli commentaire!

@Roxane
Ils sont trop, à enrouler leurs jambes :) je suis fan. Et trop drôle pour les comptines, il est génial ce livre ! je t'embrasse!

@Johana
X4 j'imagine meme pas ! :) gros bisous et courage dans quelques jours...

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre à la future maman que j'étais il y a deux ans

Lourd comme une plume

Au pays des rêves