Quelques mots sur le pardon

25 heures sans manger, sans boire, sans télé, sans IG. 
25 heures d'introspection. 
25 heures pour demander pardon. Pour de vrai. A soi, aux autres, mais surtout à Lui. 
25 heures pour oublier tout le superflu et se concentrer sur l'essentiel. 
25 heures très longues mais 25 heures tellement nécessaires. 

La fête la plus sacrée, la fête qui me colle toujours une larme quand on en sonne la fin, la fête qui sert une fois par an à nous rappeler à quel point il est important d'être une bonne personne. C'est de cette façon que je vis Yom Kippour et c'est toujours avec une infinie reconnaissance que j'aborde cette nouvelle année. Je prie pour demander pardon, je cherche le bon au fond de moi, chasse le mal, l'aigreur, la médisance. Je prie pour notre santé, pour que la vie reste douce, je prie pour que ma famille soit bénie et protégée. Je prie pour qu'on fasse encore l'avion sur les planches une fois tous les trois mois. Je prie pour qu'Aaron soit grand frère un jour. 
Mon cœur se serre. Au fond, derrière le voile, j'aperçois mon mari qui me cherche des yeux pendant qu'il prie lui aussi, on s'envoie un clin d'œil qui dit tout haut les prières que l'on vient de faire tout bas, et 25 heures plus tard on oublierait presque comme on a eu faim jusque là. 

Pardon, pardon, pardon. 

Et surtout, merci.





Commentaires

Articles les plus consultés