Ma grossesse : Bilan du deuxième trimestre

Le 7ème mois est entamé, il était grand temps de faire un petit bilan tout personnel du second trimestre!



De 18SA à 22SA (5ème mois de grossesse)

+7 kilos et une pêche d'enfer, c'est le début de la "babymoon", la meilleure partie de la grossesse!

Mon corps 
Comme lors de ma grossesse précédente, et sans que je ne me l'explique, c'est le mois fatal niveau poids ! Je prends un kilo par semaine et je me lamente dans une complainte quotidienne avant de me resservir une autre petite tranche de fromage, pour la route. En vérité je me fiche totalement du nombre de kilos que je prends, moi mon obsession, ce sont les vergetures, donc la seule raison pour laquelle je préfère contrôler et limiter ma prise de poids, c'est pour les éviter! Le ventre est bien arrondi, toujours timide le matin. En fin de journée, en revanche, je trouve qu'il a un volume plus grand que mon terme ne laisserait croire, ou du moins plus que pour Aaron au même stade. Apparemment mes abdos ne sont pas assez revenus entre mes deux grossesses. Enfin, j'ai pas assez fait de sport quoi. Les contractions se font sentir, 5 à 10 par jour. La demoiselle prend ses aises. 

Ma tête 
Je me sens épanouie mais en suspens. Je n'attends que ma deuxième écho, imminente, pour souffler vraiment un bon coup et pouvoir profiter à 100% de ces instants si précieux.

Mon coeur
Au fond, je suis sûre que tout va bien. A l'approche de la date fatidique, je me mets à douter. Mon coeur est bien le seul qui continue d'y croire. 

Baby N
Des coups tous doux, tous légers, tout en délicatesse. 



De 23SA à 27 SA (6ème mois de grossesse)

J'ai officiellement ressorti mon coussin d'allaitement ! J'y dors à merveille quand mon mari ou mon fils n'essaient pas de me le voler. 

Mon corps
+3 kilos ce mois-ci ! La folle ascension continue. J'attaque une cure de chou rouge et autres crudités pour calmer les envies de MacDo. Ça tombe bien, les fraises et les tomates c'est ma vie. Côté ventre, je le trouve plus haut que lors de ma première grossesse, confirmant pour ma part la célèbre théorie du ventre haut et rond pour les filles, plus bas et projeté pour les garçons. C'est le retour aussi des vrais maux qui annoncent la partie la moins fun de la grossesse: fortes contractions, douleurs dans le bassin, le bas du dos, diastasis de la symphyse pubienne, bref, tout ce qui fait de mes nuits et longues journées au travail un vrai calvaire. Comme tout le monde le rappelle si gentiment, c'est pour la bonne cause ! Non ?

Ma tête
Simple, clair, limpide : je suis BIEN. Enfin soulagée par la deuxième écho strictement normale, libérée d'un poids,  je relativise enfin et je suis toute à ma grossesse, légère comme une plume. Enfin, je me comprends.


Mon coeur
Prise par le quotidien, je dois avouer que je ne réalise pas du tout qu'un nouveau membre va arriver dans notre trio d'ici quelques semaines. Je vis un peu comme une machine... alors parfois, je me glisse dans la chambre de ma fille, je regarde la photo de son écho 3D, devine son visage, replie pour la 50ème fois les mêmes minuscules bodys rose chamallow, imagine la chambre finie, et puis dans le silence, l'espace de quelques secondes, je comprends enfin. Qu'elle est réelle et qu'elle sera bientôt parmi nous. C'est dans ces moments-là, hors du temps, que je réalise ma chance.


Baby N 
Des roulades, des petits pieds à droite, mains à gauche, des coups, des caresses, des vagues. Je la sens tout le temps, mais plus douce qu'Aaron -qui ne semblait jamais dormir. Est-ce le présage qu'elle sera plus calme ? J'ai hâte de pouvoir y répondre dans quelques mois!


28 SA... et des poussières...(Début du 7ème mois)

6 mois tous ronds, entrée dans le 7ème. Je suis difforme de profil et de trois quarts, quand je m'assois je me compare à une flaque d'eau tellement je m'étale sur la surface, j'ai pris encore 2 kilos, ça va, au moins c'est decrescendo, le gynéco a parié que je n'en prendrai qu'un le mois prochain et plus rien jusqu'à l'accouchement, celle qui faisait tout de travers, peu importe, comme dirait le mari, je ne suis pas grosse je suis enceinte. Mais c'est lourd, très lourd... de porter ces 11 kilos de plus, de se lever et se retourner le matin en craquant un peu partout, c'est lourd de se réveiller à 6h00 et avoir 3 heures de transports tous les jours pour aller travailler, chercher son fils à la crèche le soir et continuer, le bus, le train, lui qui ne veut pas marcher, bras, bras, non impossible chéri, maman ne peut pas, elle a trop mal au dos. Les contractions continuent, les douleurs s'intensifient, c'est dur, mais je tiens le coup, je suis pas une chochotte non, c'est mon genre, de faire la warrior, mais est-ce que tout cela est normal docteur, oui et non, pas grave pour l'instant, mais ça peut le devenir rapidement, alors il faut lever le pied, penser au bébé, c'est bien elle, la priorité ?

C'est elle ma priorité, mes enfants seront toujours ma priorité, on ne rigole pas avec la santé, alors cette fois je ne l'ai pas jeté, je l'ai gardé, je l'ai posté. Ne vous inquiétez pas, mais je suis arrêtée. C'est officiel, il le fallait, maintenant je dois souffler, j'ai encore 11 semaines pour faire pousser ma petite papaye tranquillement avant de la rencontrer.

Le troisième trimestre est le plus long, le plus éprouvant, le plus fatiguant, mais cette fois je sais aussi que c'est le plus beau, celui qui me rapproche chaque jour davantage de la grande rencontre. Je me rappelle tous les jours comme j'avais hâte d'avoir Aaron dans mes bras, et je me souviens instantanément aussi qu'une fois les premiers mois passés, moi, celle qui avait détesté être enceinte, finissait presque par regretter, éprouver de la nostalgie, c'était pas si long, c'était si fort, si intense, exceptionnel, on était en fusion à cette époque lui et moi, rien que tous les deux, et ces semaines si longues à mes yeux étaient en fait aussi courtes que la vie qui passe.
Maintenant qu'il est né depuis longtemps, et qu'il ne jure que par son père adoré, je sais que je me dois de profiter des derniers instants, de cette -probable- dernière grossesse.

Parce que lorsque mon ventre sera vide, que les os se seront remis en place et que mon bassin ne me fera plus mal le matin au réveil.
Lorsque la deuxième barre du test, si pâle, ne sera plus qu'un vieux souvenir à raconter.
Lorsque les coups ne seront plus, parfois une petite contraction, une sensation, et un quart de seconde plus tard se rappeler que non, impossible, c'est fini, la grossesse est derrière moi, mon bébé est déjà sorti.
Lorsque je verrai les autres ventres arrondis, que je saurai que mon tour est passé, et que j'ai eu tout le temps d'en profiter.
Lorsque pour mon plus grand bonheur elle sera là, près de moi, qu'elle serrera mes doigts et que j'admirerai son minuscule visage dans son petit berceau, je sais déjà que bientôt, je me rappellerai avec nostalgie ce qu'on a partagé toutes les deux. Un truc unique, une chance, une étoile filante, un souffle, le plus banal et le plus merveilleux de la Terre.

Le miracle de la vie.

Alors, à dans 3 semaines, ma petite sirène.
Pour la dernière échographie.




Commentaires

elisa a dit…
très contente pour toi que ça se passe bien, je te suis depuis longtemps sans commenter (nous sommes allées dans la même école de journalisme ;). ça me donne envie d'être à nouveau enceinte....tu es sublime

Articles les plus consultés