Ourson Chéri, la première bougie

Coucou mon coeur ca va ? J'ai quelque chose à te raconter. Ce n'est pas une souris verte ni un lapin multicolore, non c'est un autre genre d'histoire.
Aujourd'hui, on est le 29 mars et le 29 mars est vraiment une drôle de date, tu sais.
D'abord, c'est le jour de l'anniversaire de ta grand-mère. Celle que tu ne connais pas. Celle qui est venue te voir à la maternité et qui a disparu ensuite. Celle qui m'a dit qu'elle partirai à la montagne avec des amis pour ton premier Noël, quand tu avais trois semaines, et qu'on ne pourrait pas se voir. J'étais déçue mais j'ai compris, pour l'une des personnes que j'aime le plus au monde, ma petite soeur. Pour qu'elle fête Noël avec son papa (qui n'est pas le mien), tant pis si c'était ailleurs. Ta grand-mère n'est jamais revenue te voir ensuite, parce qu'on habite trop loin et que le RER A, ça craint. Elle n'a pas voulu se déplacer pour voir mon nouvel appartement quand j'ai déménagé. Ni pour me voir, moi, sa fille. Ni jamais pour te voir toi, son petit-fils. Elle n'est pas venue, alors nous sommes allées à elle. Une fois un jour de février, deux heures, après on s'est fait dégagés parce qu'elle avait une course à faire au supermarché. Tu avais 2 mois, et parce que Waze avait compté une heure pour rentrer à la maison, on a dû te donner ton biberon dans la voiture, dans ton siège auto, et attendre un peu, assis sur la banquette arrière, reflux oblige. Après, on s'est retrouvés coincés dans les bouchons et par miracle mon amour tu avais dormi tout le long. La troisième et dernière fois en date que tu as vu ta grand-mère, tu avais 4 mois. Nous sommes venus, encore une fois. Juste avant qu'elle ne parte vivre dans le sud. Quelques semaines après ça, j'ai découvert qu'elle était bien à Paris, pour ce fameux Noël juste après ta naissance, et qu'elle m'avait menti. Comme son silence lors de ma grossesse, comme son absence à ma baby-shower, elle m'avait non seulement laissée tomber, mais elle m'avait menti, comme pour m'échapper.
Je me suis demandée quel monstre pouvais-je bien être pour mériter ce mensonge. A quel point nous détestait-t-elle pour vouloir nous éviter encore une fois le jour de Noël. Je n'ai pas la réponse. Ce n'est peut être pas de la haine, c'est peut être de l'indifférence. Mais c'est ce jour-là que j'ai abandonné. Tous les efforts faits depuis longtemps, trop longtemps. Tout ce que j'ai pardonné. Il n'y a pas plus fidèle qu'un enfant. Je me suis pris des centaines de portes fermées et j'ai frappé à nouveau, à chaque fois, inlassablement.
C'est son anniversaire et ça ne compte plus, parce que j'ai passé ma vie à essayer. Pendant quelques temps, ça a marché. Les plus belles années. Tout est fini depuis que j'ai un saphir à mon doigt et une étoile autour de mon cou. Voilà. C'est tout.
Et puis il y a eu toi, il y a eu ce Noël, il y a eu ce mensonge. J'ai laissé tombé violemment. Au détriment d'une petite sirène. Je m'en veux encore parfois. Mais c'est pourtant évident : elle ne veut pas de moi, pas de nous. Même ton premier anniversaire a été ignoré. Toi, mon ange d'innocence.
Depuis que tu es là, j'ai compris que l'amour d'une mère n'a pas de limites. Si c'est le cas, je n'y peux rien. Au fond, le problème n'est sûrement pas autour de mon cou, il est ailleurs, et il est costaud.
Le 29 mars c'est son anniversaire. Mais tu vas voir, qu'elle est toujours importante cette date. Bien plus que tu ne l'imagines.

-- 

29 mars 2014
Je sors du RER de Nogent-sur-Marne avec mon ordinateur portable sous le bras. Je vais chez mes beaux-parents pour travailler, c'est mon week-end de permanence à l'agence et je n'ai toujours pas de wifi chez moi. 
Je monte les escaliers et je ne pense qu'à ça. J'ai un doute, quand même. Un petit doute. Et puis merde. Je traverse hors des clous, je vais à la pharmacie, j'achète le Clearblue qui coûte un œil parce qu'il n'y a rien d'autre et je le range dans une pochette sous mon ordinateur. J'avance d'un pas décidé. Persuadée du résultat. Je le ferai ce soir, à la maison. 
Je descends l'allée de la résidence et je n'arrive pas à le sortir de ma tête. Quand ma belle-mère m'ouvre, coup de chance, elle est sur le point de se préparer. Je m'installe donc seule dans le salon silencieux, ouvre mon ordi, regarde les dossiers les yeux dans le vague. Je jette un oeil à ma sacoche. Impossible de résister plus longtemps. Je peux le faire maintenant, pendant qu'elle est dans sa salle de bains. Tranquille. Comme ça je serais fixée et je passerai à autre chose. 
La suite vous la connaissez sûrement, je l'ai déjà racontée ici. 2 minutes à me tourner les pouces dans 2 mètres carrés, une fenêtre avec écrit "enceinte, 2-3 semaines", beaucoup de larmes, je ne sais plus combien de minutes passées enfermée là-dedans à me moucher et pleurer, dans un ordre aléatoire, tellement que je me suis dit un moment donné qu'elle allait m'entendre et croire que j'ai un grave problème de santé ou que je suis menacée par des dealers. Il faut que je le dise. Tout de suite. Je ne peux pas le dire à David par téléphone, c'est trop nul, comment je vais me débrouiller, putain et mon montage vidéo, celui que j'ai commencé il y a un mois en me disant que je lui annoncerai comme ça, comment je vais le finir en moins de 6 heures ? Le montage, je ne le finirai pas ce soir, je lui annoncerai bêtement pendant qu'il installe la Free, avec une boîte à stylo chicos dans lequel j'aurais mis le test. Le montage n'aura pas été commencé pour rien, je le finirais, deux mois plus tard, et on le montrera à nos amis le jour de notre anniversaire du mariage pour leur révéler la surprise. Tout est bien qui finit bien. 
En attendant je suis là avec mon rouleau de papier toilette et mon mascara coulant. Je sors, mon clearblue à la main. Je toque à la chambre d'Arielle et je n'arrive même pas à parler, je me sens con. Alors je lui montre. Elle le voit dans ma main, comprend immédiatement.  Elle a été grand-mère dès cet instant. J'ai lu la joie dans ses yeux, dans son rire, dans sa surprise. Fidèle à elle-même, la Mère dans toute sa splendeur, elle m'a fait la liste des établissements médicaux de la région pour savoir où je pourrai être suivie et accoucher. Tu la reconnais bien là, ta Nanou, hein mon coeur ? C'est typique. C'est elle. Celle qui m'a accueillie dès le début, alors que David partait vivre à l'étranger et que je n'étais peut-être qu'une copine de passage. Celle avec qui je bois des litres de café dans la cuisine en fumant des clopes et en refaisant le monde. Celle qui m'a prise dans ses bras, par les mots encore plus que par les gestes, pudeur oblige, toutes les fois où j'en ai eu besoin. Elle est unique ta Nanou. Aux antipodes du cliché de la belle-mère. C'est la femme splendide, déjà. Copines, famille, nounou... à chaque fois que quelqu'un la rencontre, il s'extasie sur sa beauté et sa classe. Sauf qu'elle ne le sait pas, si on lui dit, elle va protester avec un sourire timide. Mais ce qu'elle a surtout, c'est la beauté du coeur. Pour toi, c'est la grand-mère qui donne de l'amour pour deux. C'est celle qui, après que j'ai passé une journée chaotique toute seule à la maison lors de ta première otite, et sachant que le mari ne rentrait pas le soir à cause d'un déplacement, était venue me chercher. A 22 heures. Elle nous a ramenée chez eux et t'a veillé toute la nuit pour que je prenne des forces, alors qu'elle travaillait le lendemain. C'est elle, ta Nanou, c'est cette femme-là. Tu as raison de l'aimer comme tu l'aimes. Elle est exceptionnelle. Voilà pourquoi ce 29 mars je ne l'oublierai jamais. Mon minuscule bébé de 2-3 semaines était prêt à changer nos vies.

--

29 mars 2015

J'ai repris le travail depuis deux semaines et tu me manques, beaucoup. Je me heurte pour la première fois à la culpabilité. Toi qui faisais tes nuits, tu vas commencer à les hacher à coup de réveils-tétines, jusqu'à 15 fois certains mauvais soirs. Et c'est là que ça va se réveiller. Ce besoin d'écrire. De raconter, témoigner, partager. Exorciser les nuits de merde, magnifier tes petits exploits, rendre hommage à ma magnifique famille toute décousue et imparfaite. Je vais créer un blog et je l'appellerai Ourson Chéri, parce que David m'a toujours fait penser à un ours, que, du coup, mon petit coeur, je t'appelais mon nounours, et que chéri c'est un peu notre mot favori, celui qu'on se dit lui et moi pour s'appeler, parfois même quand on s'engueule. Je ne sais pas si j'arriverai à le tenir, si j'arriverai à écrire, si ce sera intéressant, si ce sera lu, mais je vais essayer, parce que j'aime trop ça, et que ça fait trop longtemps que j'ai vidé la corbeille remplie de nouvelles que j'avais rédigées et détestées. Je vais écrire, et je vais essayer d'aimer ce que j'écris. Pour ça, je vais parler de toi mon fils. J'ai écrit pendant un mois "en secret" sans le dire à mes proches pour voir si je tenais le rythme et gardais l'inspiration. Je l'ai rendu public un jour d'avril que j'ai oublié, mais que Facebook ne manquera pas de me rappeler. 
Ça fait un an maintenant et c'est grâce à toi Aaron. Tu m'as rendu ma plume et donné des ailes. Nous sommes le 29 mars 2016 et Ourson Chéri est lu par des milliers de mamans chaque mois maintenant. Ce n'est peut-être que le début, ça ne continuera peut-être pas toute la vie, mais cette année a été particulière. On n'était pas nombreuses au début. J'ai raconté les premières dents, les premières grandes vacances, le premier voyage en train. On a commencé à être de plus en plus, sur Instagram et par ricochet, ici sur le blog. L'automne est arrivé, ta première bougie avec. J'ai raconté mon accouchement. Je suis revenue sur mes galères et mes peurs. J'ai écris une lettre à celle que j'étais avant ton arrivée, et cette lettre m'a offert quelques semaines de gloire, en explosant les chiffres et les visites. Certain(e)s d'entre-vous m'ont connu comme ça et sont resté(e)s. Il y a eu des mois avec beaucoup d'articles, d'autres un peu moins, des looks, des moods, des flashbacks, des moments douloureux dévoilés, des joies racontées. Il y a eu ma vie.
Je reçois tous les jours des messages de Mamans incroyables qui partagent non pas la même vie ni la même histoire, mais le même amour de leur enfant et de leurs proches, les mêmes doutes, la même fatigue, la même culpabilité parfois et les mêmes bonheurs simples.
J'apprends tous les jours à être une maman, et je ferai ce que je peux pour être une bonne maman. Aaron, sache que ma porte sera ouverte si tu veux te préparer à la maison le jour de ton mariage. Elle sera ouverte pour Noël, Pâques et Hannouka. On fêtera tout, parce que tes parents sont juifs mais ta famille est mixte, et surtout parce qu'on s'aime et que rien n'importe plus au monde que les moments que l'on passe ensemble. 

Merci à vous, ma famille, mes amies, mes copines, mes instagrammettes, mes décembrettes, d'être devenues fidèles au blog, de suivre nos aventures, de me lire et de me donner tellement, même virtuellement. J'espère encore pour longtemps.

Tu n'as même pas idée de ce que tu m'as apporté. Joyeux premier anniversaire, Ourson Chéri.





Commentaires

Erika a dit…
Tu as réussi à me mettre les larmes aux yeux ce soir. Ton article est tellement touchant...mon grd bébé dort dans sa chambre un autre est bien au chaud dans mon ventru min chéri devant le match de foot et moi je me dis que tu viens encore une fois de me faire réaliser à quel point je les aimes et j'aime les miens. Merci ourson chéros pour tout ça
morenita a dit…
Superbe! Et j'étais dans les toutes premières (grâce aux decembrettes) et fan tout de suite!
Erika a dit…
Tu viens de me mettre les larmes aux yeux. Mn grand bébé dort dans sa chambre un autre est au chaud dans mon ventrou le chéri devant le match de foot et moi en te lisant je me rend compte à quel point je les aimes et j'aime les miens
Saida Felicite a dit…
Tu m'as mis les larmes aux yeux. J'aime la maman que tu es, insouciante mais tellement courageuse. Je te lis tous le temps. Continue comme sa, tu nous parles avec le coeur et on a tellement besoin de sa. On a meme l'impression de te connaître par coeur, car tu es comme nous. Des mamans mais aussi des femmes. ❤️
Moi aussi les larmes sont venues.. d apprendre ces choses intimes et tristes ...de ne pas s en douter car tu es un exemple de bonheur et de joie de vivre et que quand je vois tes photos magnifiques y compris du mariage...je me dit que l Amour ta transformée en superwoman et en supermaman et que tu peux être fier de ton petit chémin avec ses fleurs ses cailloux ses brindilles c est le tien il n est pas lisse et c est un beau chemin comme pour beaucoup d entre nous..il n est jamais parfait. ..pleins de bisous d une maman.. ��pepette choupette
Laurine VIALLON a dit…
Bon ben voilà une fois de plus j'ai pleuré! Tes mots sont tellement juste et c'est tellement bien écrit comme chaque fois que ça me touche au plus profond de mon coeur de maman.. merci de partager tous ces beaux (et parfois moins beaux) moments de ta vie, d'écrire ce que beaucoup de mamans ressentent sans avoir ton talent pour l'exprimer aussi bien que tu le fais. On ne se connaît pas mais je t'admire pour ce talent, pour ton rôle de mère qui a mes yeux semble exemplaire, ton rôle de femme, d'épouse qui respire la douceur et l'amour pour les tiens... bref bravo pour tout et merci!
Moi aussi les larmes aux yeux de connaître des choses si intimes difficile.. qui font notre histoire.Peut être que ces fêlures expliquent de si beaux mots de si belles photos..ton ti bout ton mariage ta grossesse, qui t on transformée en superwoman et supermanan..qui court qui rit qui sourit à la vie et ça fait beaucoup de bien...
Ce petit bout de ton chemin que nous fait partager avec ses fleurs ses cailloux et ses brindilles...je relativise beaucoup de choses et tes photos me font sourires je me retrouve dedans parfois avec ma fille...nos chemins ne sont jamais tout lisse et c est ce que nous défini nous rend unique.. j espère encore lire et voir en images un bout du tiens...une maman pepette&choupette
Bouddha a dit…
Comme beaucoup tu m'as mis les larmes aux yeux mais le sourire est revenu lorsque tu parles d'Aaron et de cette magnifique aventure d'écriture.
Je ne pourrais pas écrire aussi bien mais je ressens la même chose pour les enfants l'envie de les aimer, les protéger, les chérir.
Je te souhaite tout le bonheur que vous avez besoin car on ressent l'amour qui règne au sein de votre cocoon. Pleins d'aventures, de fous rires, de moments magiques ... Avec ta famille, celle de ton mari qui t'a ouverte les bras.
Que la vie vous sourit même si parfois elle n'est pas juste, tu seras rebondir car vous êtes soudés. Belle continuation et au plaisir de lire encore ...
Estelle a dit…
Bonsoir, premier commentaire que je laisse. Et je suis contente de le faire en ce jour si important pour toi et pour vous.. Sa fait quelques petits mois que je te suit sur insta et franchement j'aime pas lire du tout mais j'ai lu tout tes articles de ton blog et je trouve sa tellement intéressant et surtout très beau. Je ne suis pas encore maman pour le moment j'espère bientôt en tout cas pour vivre tout ces moments tellement uniques.. Vous êtes une famille uni et c'est tellement beau a voir Bravo pour tout sa et tout ce que tu fais !
Joyeux anniversaire a ourson chéri.
Barbara Dahan a dit…
Marre de pleurer en te lisant lol magnifique ! Pas de mot. Bon anniversaire et longue vie a toi ourson chéri
Vivamaria a dit…
Joyeux anniversaire Ourson chéri! keep strong BFF, comme toujours :)
Ally a dit…
Joyeux anniversaire et merci à ton Ourson chéri de t'inspirer.
C'est un réel plaisir de te lire en attendant mon bébé qui devrait arriver en août.
Merci de te mettre à nu, merci de partager tes expériences sans tabou, c'est beau, courageux et toujours très bien écrit!
J'espère voir une 2ème bougie le 29 mars prochain! :)
Anonyme a dit…
Essai pour Sateen, pour s'inscrire sur ton blog que je lis depuis longtemps.
Anonyme a dit…
Sateen :Je ne sais pas trop comment m'inscrire ici et sur ton instagram et oui ça arrive. J'aime bcp ton blog, tes mots, ton style, tes mots (même ceux que tu vas barrer), ton humour, les photos, tes émotions, enfin pour resumer : THE plume.
Je suis une maman de jumelles qui sont grandes maintenant. Mais imagine : deux Aaron d'un coup, deux bb à gérer (on n'a que deux mains hein)....Trouver des astuces etc.

Aaron est magnifique, toi, une jolie femme, une maman pleine d'idées que bcp de bb et d'enfants aimeraient avoir, une maman aimante et bienveillante. J'espère donc en cette date anniversaire etre accepé et continuer à te lire.
Laura Richard a dit…
J'ai découvert ton blog depuis peu. J'ai tout de suite accroché. J'adore ta façon écrire. Je ne peux faire aussi bien, je n'ai pas "ce petit truc"!!
Nos garçons ont à peine 4 mois d'écart, j'étais aussi un peu sur BBC, ici j'ai découvert un univers qui me plait, l'amour que tu fais transparaître.
J'ai eu aussi des moments difficiles avec ma maman... Ca va ca vient. Je deviens philosophe et prend les choses comme elles viennent mais c'est difficile d'élever un enfant quand nous même nous n'avons pas eu ce qu'il fallait enfant. Je te souhaite plein de bonheur et un joyeux anniversaire à ourson chéri. Je continuerai à te suivre. Merci pour ce que tu fais.
Anonyme a dit…
Oh mais pourquoi je pleure à chaque fois que je te lis...
Tu arrives à mettre noir sur blanc bien souvent ce que je ressens.
J'ai 37 ans (trois enfants : deux filles et mon dernier MON fils a 4 ans aujourd'hui, le meilleur poisson d'Avril qu'on ne m'est jamais fait !!!).
J'ai des parents, une mère qui s'en fout de ces 3 uniques petits-enfants mais qu'elle appelle mes bébés le peu de fois où je fais encore l'effort de lui amener...
Merci de partager avec nous.
Sarah (samy74200 sur insta)
Merci à toutes pour vos messages si touchants et bienveillants.
M-E-Q-Y a dit…
Superbe article, très touchant. J'aime beaucoup ta façon d'écrire. J'espère qu' ourson chéri vivra encore longtemps.
M-E-Q-Y a dit…
Sublime article. Tellement touchant. J'aime beaucoup ta façon d'écrire. Longue vie à ourson chéri 😘

Posts les plus consultés de ce blog

Lettre à la future maman que j'étais il y a deux ans

Lourd comme une plume

Au pays des rêves