Articles

Affichage des articles du août, 2016

Un rendez-vous 10 ans plus tard

Image
Il arrive parfois que l'on se pose la question "Comment sera ta vie dans 10 ans ?".
Hier, c'était mon anniversaire, j'ai eu 28 ans. Et j'ai décidé de me répondre. A l'envers.


-- 

18 ans. Majeure et vaccinée.  Ça fait 5 ans qu'ils ont divorcé.  Je vais chez lui un week-end sur deux, mais depuis 5 ans, quand je rentre à la maison le dimanche soir, j'ai le bide qui se tord. Je monte au 3ème, il fait nuit, c'est l'heure de l'interrogatoire. Quand je redescendrai d'ici une heure, pour regagner ma chambre de bonne, je verrai flou. Embué. Je marcherai sans voir l'escalier. Qu'importe, je le connais déjà par coeur. Allez, demain, c'est lundi. On oublie. 

18 ans.  J'ai eu mon premier vrai amoureux cette année. Je viens d'avoir mon bac, sans mention ni rattrapage, juste mon bac. Ça suffira.  J'ai passé le concours d'une école de journalisme, peut-être qu'enfin j'arrêterai de me contenter de la moyenne. Là-…

Amour infini, avant/après

Image
Grâce à la merveilleuse fonction souvenir de Facebook, je suis retombée sur une de ces photos.
Vous savez. Celle qu'on adorait à l'époque, tellement qu'on est encore capable de ressentir l'état d'esprit qui nous occupait quand elle a été prise, et celle qui nous semble si loin d'un coup.
On a passé le cap des 7 ans cette année et je ne me souviens pas avoir été plus heureuse avec lui que maintenant.


--


Je déteste les débuts de relation. Ça m'est revenu comme un boomerang, il y a 10 jours, quand on est redevenu un jeune couple sans enfant pour cause de crèche et de nounours en vacances.
Il y avait ces deux tourtereaux juste à côté de nous au japonais. Gauches, maladroits, le nez dans leur menu. Comme ils étaient très jeunes, ils étaient même gênés de parler au serveur, comme si leurs parents l'avait toujours fait pour eux et que c'était pour la première fois leur tour de s'adresser à lui. Le mec essayait à tout prix de faire le macho, qui contrôl…

Retour de vacances et 6 jours sans Plouf (Mood)

Image
Il y a le paysage pour rêvasser, ma chanson préférée et toute la place dans mon fauteuil.
Pas de stickers à coller sur un cahier oublié à la maison, pas de yaourt à donner à travers la tétine, pas de gobelet à faire rouler dans le couloir du wagon.
Le calme plat. Le silence. Un ordi, l’horizon, un réveil à programmer très tôt pour demain matin, et le souvenir de ses joues dodues qui sentent l’indice 50.

Il a fait caprice sur caprice, hurlé tous les soirs pour ne pas se coucher, boudé tous les biberons au profit de curly et de nutella. Il a appris à dire tasse, jus (transformé en « uj »), pêche, et surtout, non. Non, non, non. Pour tout. NON. Pas très sage, un peu trop farceur, complètement irrésistible et totalement conscient de tout ça.

Il me manque déjà. Mon bébé poussin, mon nounours. Aaron. Toi et tes non, tes pieds bronzés et boudinés, ta moue boudeuse, ton rire étouffé, ton obsession des balais, tes premières planches dans la piscine, les glaces dont tu ne voulais bizarrement pa…